MAP - Publié le Mardi 7 Janvier 2020 à 11:49

Bulletin de l'écologie de l'Afrique du 07/01/2020


​Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du mardi 07 janvier:


Sénégal : 

-- Le président de la République, Macky Sall, a lancé samedi dernier à Mermoz, le quartier dakarois dont il est résident, l'opération de nettoiement « Sénégal propre », qui sera menée le premier samedi de chaque mois dans le territoire national.

Le lancement des Journées mensuelles de nettoiement a eu lieu dans un jardin public en présence du ministre de l’Habitat, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdou Karim Fofana, de la maire de Dakar, Soham Wardini, et d’autres personnalités.

Après avoir lancé l’opération, tout près de son domicile, le chef de l’Etat a visité plusieurs communes d’arrondissement de la capitale, de Mermoz à Dakar-Plateau en passant par les quartiers de Sicap, de Grand-Dakar, etc. L’opération de nettoiement sera menée dans toutes les 14 régions du pays, sous la houlette de l’administration territoriale. Elle avait été annoncée dès le 2 avril 2019 par Macky Sall, dans son discours d’investiture, un peu plus d’un mois après sa réélection, le 24 février.

-- L’opération "Sénégal propre" a été lancée samedi à Saint-Louis (nord) par le gouverneur de la région, Alioune Aïdara Niang, qui a invité les Saint-Louisiens à combattre "l’insalubrité et l’encombrement" des rues de la ville.

A Saint-Louis, les Journées mensuelles de nettoiement prévues le premier samedi de chaque mois, à l’initiative du président de la République, Macky Sall, auront lieu avec le soutien des autorités administratives et des élus locaux, selon M. Niang.

Une brigade de surveillance sera créée par le chef de l’Etat pour lutter contre l’encombrement et l’insalubrité des villes du Sénégal, a-t-il rappelé.

RDC:

Chaque fois que les pluies s'abattent sur Kinshasa, les eaux ne savent pas couler normalement. Cela provoque des inondations. Conséquence: le pont Bongolo jeté sur la rivière Kalamu est menacé d'effondrement à cause des pluies abondantes qui s’étaient abattues sur la région. 

En plus, les autorités communales qui se sont succédé à la tête de la commune de Kalamu n'ont pas sauvegardé les berges de cette rivière, qui s'est transformée en dépotoir de tous les déchets et en déversoir des fosses sceptiques des ménages riverains. Le trop-plein d'immondices, déchets plastiques et autres, s'entasse jusqu'à la hauteur physique du pont. 

Les travaux de dragage de cette rivière n'ont jamais résolu le moindre problème. Les eaux de rivière gênées en amont d'immondices et autres déchets plastique, ne peuvent poursuivre leur parcours. L'eau corrode le béton du pont au point de lui faire perdre son épaisseur de conception. La population demande une intervention urgente.

Ghana :

L'Institut de recherche forestière du Ghana (CSIR-FORIG) a indiqué que plus de quatre millions d'hectares de réserves forestières dégradées vont être restaurés.

Ainsi, l'institut a exhorté les parties prenantes des communautés agricoles de prendre part à cette campagne pour restaurer les terres dégradées, notant que le Ghana a signé la restauration du paysage forestier africain (AFR100).

Gabon :

Dans le cadre du projet de mobilisation des Organisations des sociétés citoyennes (OSC) pour la mise en œuvre des engagements socio-environnementaux des entreprises agro-industrielles dans la province de la Ngounié (sud du Gabon), plusieurs organisations de la société civile impliquées dans la protection de l'environnement ont créé récemment une coalition.

Cofinancée par le WWF et l'Agence française de développement (AFD), cette initiative vise à mobiliser et faire de la société civile et villageoise une force informée et active, pour le suivi du respect des engagements socio-environnementaux pris par les compagnies d'exploitation forestière et de palmier à huile.

Côte d'Ivoire :

La douzième édition des journées géographiques, organisée par l’Association des géographes de Côte d’Ivoire (AGCI) se tiendra du 17 au 20 février 2020 à Grand-Bassam autour du thème «changement climatique en Afrique Subsaharienne : de la vulnérabilité à l’adaptation». 

Expliquant les enjeux de la rencontre, le maître de conférences à l’Institut de géographie tropicale, Dr Pauline Dibi, a précisé qu’elle mettra un accent particulier sur l’apport de l’observation de la terre (télédétection) dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Près de 500 experts nationaux et internationaux en provenance d’une quinzaine de pays sont attendus dans la cité balnéaire pour débattre des services climatiques portant sur les services et les produits issus de la recherche météorologique et climatologique, le dérèglement du système climatique mettant en exergue l’influence humaine sur le climat, les effets du réchauffement climatique.
 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador