MAP - Publié le Lundi 14 Septembre 2020 à 09:36

Bulletin écologique du Maghreb


Tunis - Les dernières pluies enregistrées dans plusieurs régions tunisiennes ont porté les quantités d'eau retenues dans 34 barrages du pays, à un milliard m3, jusqu'au vendredi dernier.


Il s'agit d'un écart de 22,7 millions m3, comparé à la moyenne des trois dernières années, estimé à 979 millions m3, a précisé le directeur général des barrages et des grands travaux hydrauliques, Faez Moslem dans des déclarations à la presse.

Le responsable prévoit une amélioration du taux d'alimentation des barrages en eau au cours des prochains mois qui vont coïncider avec des périodes pluviales. Le taux de remplissage de chacun de ces ouvrages a atteint, depuis le 1er septembre 2020, 34 millions m3.

De fortes précipitations pluviométriques ont été enregistrées au cours des journées de 5 et 6 septembre dans plusieurs gouvernorats du Centre Est de la Tunisie.

Les dernières pluies enregistrées, les 10 et 11 septembre, dans les régions du Nord, ont permis de renforcer le taux de remplissage des barrages sans avoir un risque de crues, selon le responsable.

-. L'efficacité de la stratégie tunisienne de gestion des eaux pluviales a été entamée par la multitude des intervenants dans ce domaine et l’incohérence des programmes mis en place à ce titre, par chacun des départements concernés (ministères de l’Intérieur, de l’Environnement, de l’Agriculture, de l’Equipement…), c’est ce que ressort de données du ministère tunisien de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Infrastructure.

En effet, les pluies intenses, qui se sont abattues dernièrement sur plusieurs régions du pays, ont encore une fois, causé un effondrement des infrastructures et un bouchage des caniveaux et des conduites d’évacuation des eaux pluviales engendrant des inondations dans plusieurs régions du pays, déplore la même source.

Selon les mêmes données, le coût élevé de réalisation et de maintenance des réseaux d’évacuation et d’assainissement et l’indisponibilité des fonds et des effectifs nécessaires à cette fin au niveau des municipalités ont aussi influencé l’efficacité des interventions effectuées dans ce sens.

Les différents départements concernés œuvrent ainsi, selon le ministère de l’Equipement, à améliorer l’efficacité de la gestion des eaux pluviales, en examinant la possibilité de renforcer les moyens humains et matériels des municipalités afin de leur permettre de mettre en place et d’entretenir les réseaux d’évacuation des eaux, d’intensifier les travaux de nettoyage et de curage des réseaux existants et d’optimiser la collecte des déchets pour éviter leur entassement dans les circuits d’assainissement.

Des plans visant la lutte contre les constructions anarchiques dans les régions avoisinant les cours des oueds ainsi que des plans directeurs de gestion des eaux de ruissellement urbain seront également élaborés.

Selon la même source, les services du ministère tunisien de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Infrastructure ont procédé, depuis le 1er septembre, au curage et au nettoyage d’environ 420 km de conduites d’évacuation des eaux, de cours des oueds et de leurs affluents, en prévision de la saison des précipitations. 

-. Alger, Les autorités algériennes ont annoncé, dimanche, la réouverture officielle de la chasse pendant une durée de cinq mois à partir du 15 septembre et ce, après plus de 25 ans de suspension en raison de la situation sécuritaire qu'a connue le pays durant les années 1990.

Selon le ministre algérien de l'Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hamdani, la reprise et l'organisation de l'activité de chasse étaient à même de "contribuer à la préservation de l'équilibre écologique et biologique et des richesses naturelles, à lutter contre la chasse anarchique ainsi qu'à la promotion de cette activité ".

Pour sa part, le président de la Fédération, Amar Zahi a indiqué que l'ouverture de l'activité de chasse aidera à mettre un terme au braconnage à travers une gestion plus développée des aires réservées à la chasse par les associations au niveau local.

-. Nouakchott, La Convention des Nations unies pour la lutte contre la désertification vient d'organiser à Nouakchott un colloque virtuel de haut niveau sur la désertification à travers le bilan des dix années qui ont suivi la création de l'Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV).

Le bilan de l’action des pays membres de l'Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte a été au centre de cette rencontre, organisée en coopération avec les pays membres de l'Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte (APGMV).

La rencontre a aussi porté aussi sur les moyens de mobiliser les partenaires techniques et financiers pour confirmer leur engagement en matière de lutte contre la désertification, de restauration des terres dégradées et de préservation de la biodiversité.

La Mauritanie, dont la capitale abrite le siège du secrétariat exécutif de cette organisation, avait accueilli deux sommets de cette organisation en 2015 et 2017. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador