MAP - Publié le Lundi 12 Octobre 2020 à 14:00

Bulletin écologique du Maghreb


Tunis - Le Centre International des Technologies de l'Environnement de Tunis (CITET) vient de lancer le réseau "Partenariat National de Soutien aux Switchers Tunisiens (PNS)" regroupant les Services d’Aide au Développement des Entreprises (SADE).


L’objectif est de consolider l’écosystème tunisien en matière d’éco-entrepreneuriat, selon un communiqué publié par le ministère tunisien des Affaires locales et de l’Environnement.

Un switcher est une entreprise durable qui fournit des produits et des services innovants et viables à même de créer une valeur environnementale et une valeur sociale, selon la même source.

Ce réseau aura pour mission d’assurer la synergie entre tous les acteurs clés de l’écosystème de l’éco-entrepreneuriat en Tunisie et d’harmoniser la démarche de mise en œuvre de l’éco-entrepreneuriat au niveau national.

Le résultat escompté de ce partenariat est de consolider le dialogue multipartite, en mettant en place un mécanisme de coordination sous forme d’une association volontaire non institutionnalisée d’acteurs publics et privés qui coopèrent sur les services de développement d’entreprises vertes.

Ce réseau s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la deuxième phase du programme Switchmed, planifiée pour la période 2020-2022.

Ce programme a pour objectif le transfert des outils de développement des entreprises vertes conçues lors de la première phase de Switchmed aux organisations locales ainsi que le renforcement des services offerts aux entrepreneurs et la promotion de l’économie circulaire au niveau de la Tunisie.

Switchmed est un programme mis en œuvre par l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) et la division Economie du Programme des Nations unies pour l’Environnement ainsi que le Centre des Activités Régionales pour la Consommation et la Production durables.

-. Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et la mairie de Tripoli viennent de signer un accord pour la construction d’une usine de traitement des eaux usées près du Centre national de cardiologie (NHC) de Tajoura en Libye.

La station devrait réduire la pollution par les eaux usées dans cette ville du district de Tripoli. La nouvelle station d’épuration vise à remplacer l’ancienne en état de délabrement avancé et sans possibilité de réhabilitation.

"Les eaux usées sont pompées derrière l’hôpital (NHC), ce qui entraîne une pollution et des dommages pour les patients et les familles vivant à proximité et derrière l’hôpital. En fait, l’eau stagnante provoque des maladies dues aux insectes en plus des mauvaises odeurs qu’elle dégage", indique le Pnud.

La station d’épuration dont la construction est imminente affichera une capacité de 400 m3 par jour.

Selon le Pnud, une fois les travaux terminés, le Centre national de cardiologie de Tajoura sera en mesure de fournir des soins de santé à 15 000 personnes par an dans un environnement propre. En outre, plus de 1.400 personnes vivant à proximité de l’hôpital ne souffriront plus des odeurs générées par les eaux usées non traitées.

Ce projet d’assainissement, développé par le Pnud dans le cadre de la Facilité pour la stabilisation de la Libye(SFL), soutenu par les bailleurs de fonds internationaux et exécuté par le PNUD, a été mis en place pour réhabiliter les équipements de service public affectés par la guerre, tels que les réseaux électriques, les systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ainsi que les établissements de santé et d’autres infrastructures afin d’alléger les souffrances des populations victimes de l’instabilité politique en Libye. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador