MAP - Publié le Lundi 19 Octobre 2020 à 21:30

Bulletin économique de l’Afrique Australe


Johannesburg - L’Afrique du Sud envisage de privatiser certaines des principales lignes ferroviaires du pays en vue d’améliorer l’accès aux transports pour des millions de Sud-Africains.


Cette décision, qui fait partie du nouveau plan de relance économique du Président Cyril Ramaphosa, concernera principalement les lignes ferroviaires des provinces de Gauteng (Johannesburg et Pretoria) et du Cap occidental (Le Cap). 

«L'accès des investisseurs privés au réseau ferroviaire est exactement ce que nous demandons depuis des années», a souligné le directeur général de l'Association sud-africaine des chemins de fer, Mesela Nhlapo. 

Les lignes ferroviaires sont rarement privatisées en Afrique du Sud et quand c'est le cas, cette privatisation se fait par le biais d'un partenariat public-privé où le gouvernement est responsable de la sécurité et de l'entretien des lignes, a précisé Nhlapo. 

-. Le gouvernement sud-africain vient d’annoncer un plan de relance économique visant la création de plus de 800 000 emplois immédiats, tout en garantissant une augmentation de l'approvisionnement en électricité. 

Lors d'une séance conjointe de l'Assemblée nationale et du Conseil national des provinces, le président Cyril Ramaphosa a annoncé un ensemble de mesures pour restaurer la confiance dans l’économie du pays, les principaux objectifs étant la création d’emplois grâce à des investissements dans les infrastructures et la réindustrialisation grâce à la croissance des petites entreprises, tout en soutenant les moyennes et grandes entreprises. 

Le plan de relance repose sur quatre interventions prioritaires, à savoir le développement d'infrastructures dans tout le pays, l’augmentation de la capacité de production d'énergie, la création d’au moins 800 000 emplois dans l'immédiat et le soutien d’une croissance industrielle rapide et soutenue. 

- Le Zimbabwe s'attend à ce que son inflation annuelle moyenne ralentisse à 134% en 2020, révèle un rapport du ministère des Finances publié dimanche. 

Au Zimbabwe, pays plongé dans une crise économique depuis vingt ans, le taux d'inflation annuel avait dépassé le chiffre vertigineux de 500% en février dernier, selon l’Agence nationale des statistiques (ZNSA), qui n'avait plus publié de statistiques depuis plusieurs mois. 

"Le taux d'inflation en rythme annuel tel que mesuré par l'index des prix à la consommation (CPI) s'élève à 540,16%", a indiqué la ZNSA sur son compte Twitter. 

Le Zimbabwe est plongé depuis une vingtaine d'années dans une crise aigüe marquée par un chômage de masse et la dévaluation continue de sa monnaie, le dollar zimbabwéen. 

Le pays a en outre renoué récemment avec les pénuries de produits alimentaires, de carburant, de médicaments ou encore d'électricité et une inflation à trois chiffres. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador