MAP - Publié le Mardi 14 Avril 2020 à 10:22

Bulletin économique du Maghreb du 14/04/2020


​Tunis - Le Conseil d'administration de la Banque centrale de Tunisie a décidé de maintenir inchangé le taux d’intérêt directeur à 6,75%.


Selon un communiqué, la BCT a affirmé l’intention de continuer à suivre de près et en temps réel tous les développements en rapport avec la crise du COVID-19, en concertation avec toutes les parties concernées, réitérant sa détermination à prendre les mesures nécessaires à la lumière de l’évolution de la situation économique et financière au cours de la période à venir afin de limiter l’impact de cette crise sur l’économie nationale.

Le Conseil a également passé en revue, lors d’une réunion tenue à distance, les mesures exceptionnelles prises par la BCT, afin d’appuyer les efforts déployés pour faire face à la pandémie Covid-19 et en limiter les répercussions économiques et sociales, ainsi que pour maintenir la stabilité financière et fournir aux banques la liquidité nécessaire pour soutenir les opérateurs économiques dans ce contexte difficile et sauvegarder la pérennité des entreprises et les postes d’emploi.

A rappeler que plusieurs organisations notamment patronales et des experts comptables ont appelé à une baisse plus conséquente du taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale pour soutenir les entreprises tunisiennes confrontées à la crise du COVID-19.

Le CA de la BCT avait décidé la mi-mars d’abaisser le taux directeur de la BCT de 100 points de base, à 6,75% pour contrer les retombées de la propagation du coronavirus sur l’économie nationale.

-. 67,6% des entreprises interviewées sur un total de 213 ont estimé que trop de secteurs seront touchés et qu'elles font face à un risque systémique et social majeur, compte tenu du contexte national et mondial actuel, selon un recensement des contributions diverses du secteur privé face au coronavirus réalisé par l'Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), en coopération avec d’autres organisations et chambres professionnelles.

Au sujet des perspectives et de l'impact de la crise sur le tissu économique, 15% des sondées ont estimé qu'il y aura des dégâts, mais limités, anticipant que le tissu économique dans sa majorité survivra pour la relance.

Selon le même recensement, 13,1%des entreprises interviewées ont estimé qu'on assistera à un fort taux de mortalité et de faillites dans le tissu économique.

17,8% des entreprises interviewées disent pouvoir honorer leurs salaires au delà de mai 2020. En cumulé, 93% des entreprises sondées au travers des 213 représentants, ont pu assurer les salaires du mois de mars.

70,5% d'entre elles disent qu'elles pourront honorer les salaires d'avril et 36,6% des entreprises sondées pourront honorer les salaires du mois de mai courant, alors que seules 17,8% des entreprises disent pouvoir honorer leurs salaires au-delà du mois de mai compte tenu de leur situation.

Alger -. Les métiers libéraux et artisanaux doivent bénéficier d’une assistance particulière de la part de l’Etat afin de les aider à faire face à l’impact de la pandémie Covid-19 sur leurs revenus, a indiqué le Secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha. Dans une déclaration à la Radio Nationale, M. Labatcha a fait constater que «nous avons tendance à parler uniquement des entreprises et des salaires de leurs employés, mais il faut parler aussi des petits métiers. Eux aussi ils doivent bénéficier d’une assistance et d’un suivi pour pouvoir trouver des mécanismes d’aide". "C’est des petits métiers qui ont leur importance dans notre vie quotidienne et qui méritent d’être accompagnés et d’être pris en compte au même titre que les entreprises", estime-t-il, rappelant à cet égard l’engagement du président de la République à soutenir les PME, micro entreprises ainsi que les activités artisanales, touchées par la pandémie. Dans une déclaration commune, l’UGTA et des organisations patronales ont exprimé les préoccupations des travailleurs et des employeurs algériens quant aux conséquences de cette crise sanitaire sur l’outil de production nationale et sur l’emploi en Algérie.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador