MAP - Publié le Lundi 20 Avril 2020 à 10:18

Bulletin économique du Maghreb du 20/04/2020


Tunis - Le ministre tunisien des Finances, Nizar Yaïche, a tenu, samedi, une réunion avec nombre d'experts économiques et financiers sur les répercussions de la pandémie du coronavirus sur l’économie nationale et les solutions possibles pour accompagner les entreprises et les secteurs touchés en cette période de préparatifs pour l’après confinement.


Les participants à cette rencontre ont axé leurs interventions sur le rôle du secteur bancaire et financier dans le soutien de l’effort national de lutte contre la crise engendrée par la pandémie du coronavirus et les meilleurs moyens de bénéficier des mécanismes de financement mis à la disposition des entreprises.

Le débat a aussi porté sur les relations bilatérales et multilatérales entre la Tunisie et ses partenaires, notamment les bailleurs de fonds internationaux et l’importance de tirer profit de la bonne réputation de la Tunisie qui a toujours honoré ses engagements envers ses partenaires.

Les experts ont, également, soulevé l’importance de réagir rapidement et efficacement face à l’évolution de la situation économique, à travers les mécanismes de soutien mis au profit des entreprises et les plateformes mises en place à cette fin.

Ils ont, par ailleurs, évoqué l’impact attendu de la crise sur les finances publiques et les grands équilibres macroéconomiques, soulignant la nécessité de redéfinir les priorités budgétaires et d’optimiser les préparatifs pour la période de l’après-confinement, afin de garantir toutes les conditions de santé et de sécurité et de permettre aux entreprises industrielles et productives de reprendre leurs activités dans un cadre bien organisé.

-. L’Agence de coopération allemande (GIZ) a annoncé avoir mis à la disposition des PME tunisiennes dans le secteur de l’industrie ou des services qui veulent être conseillées pour faire face à cette période de crise liée à la pandémie mondiale COVID-19, une équipe de consultants multidisciplinaires afin de les aider à atténuer l’impact de cette crise sur leurs activités et leur permettre d’appréhender la période post crise de manière rationnelle.

Cette équipe est mobilisée par le projet Innovation, Développement régional et Emploi (IDEE) lancé depuis 2015 par la GIZ et qui prendra fin en novembre 2021.

Selon une vidéo publiée vendredi par la GIZ sur sa page facebook, ce projet, visant à améliorer la performance économique des entreprises dans les secteurs prioritaires, mobilisera des experts spécialisés en innovation, marketing et gestion des ressources humaines.

Cette équipe offre une assistance personnalisée et un coaching en ligne selon les besoins de l’entreprise, afin de mener une réflexion sur plusieurs questions. 

Ces questions sont liées, entre autres, à la stratégie de l’entreprise, au repositionnement des marchés, au e-marketing en tant qu'option pour faire face à la crise, la transformation de la crise en un atout stratégique par l’adoption de nouveaux outils et techniques innovants et les mettent au profit de l’entreprise, et la reprise progressive de l’entreprise en cas d’arrêt total ou partiel.

Le projet IDEE, exécuté en partenariat avec le ministère de l’Industrie et des PME et financé par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement, est mandaté pour renforcer la performance économique des entreprises industrielles et de services liés à l’Industrie.

Nouakchott -. La Banque mondiale vient d'accorder à la Mauritanie un financement de 44 millions de dollars destiné à un projet d’eau potable et d’assainissement dans les zones rurales et les petites villes.

Le projet sectoriel d’eau et d’assainissement en Mauritanie reçoit le financement de l’Association internationale (IDA), une filiale de la Banque mondiale qui soutient l’essor économique des pays à revenus faibles.

Le but du projet est l’amélioration de l’approvisionnement en eau potable et l’accès aux services d’assainissement dans les zones rurales et les petites villes en Mauritanie. Il cible les régions de Gorgol, de Guidimakha et d’Assaba.

Dans les petites villes et les villages, le gouvernement mauritanien compte implanter 70 systèmes d’adduction d’eau potable et 25 mini-systèmes d’AEP. Un AEP pourra ainsi approvisionner une communauté de 600 personnes. Chaque installation fonctionnera avec un système solaire hybride afin de réduire son coût d’exploitation.

Alger -. La Banque d’Algérie vient de décréter une série de mesures à l’effet d’atténuer les effets de la crise du coronavirus sur l’économie nationale.

Ces mesures exceptionnelles portent sur l’allègement de certaines dispositions prudentielles applicables aux banques et établissement financiers, en matière de liquidité, de fonds propres et de classement des créances, au regard de l’incidence de la pandémie du Covid19 qui affecte l’économie mondiale et l’ensemble des secteurs au niveau national.

Parmi les mesures décidées, les banques peuvent désormais reporter le recouvrement des crédits. «A leur discrétion, les banques et les établissements financiers peuvent reporter le paiement des tranches de crédits, arrivant à échéance, ou procéder au rééchelonnement des créances de leur clientèle, ayant été impactée par la conjoncture induite par le Covid 19.

La Banque centrale précise que les banques et établissements financiers peuvent même «consentir de nouveaux crédits à la clientèle ayant bénéficié des mesures de report ou de rééchelonnement ». Ils doivent néanmoins «tenir des états détaillés des mesures prises dans le cadre de cette instruction et qui seront mis à la disposition des services concernés de la Banque d’Algérie», précise le document.

Autre mesure, «le seuil minimum du coefficient de liquidité, fixé par les dispositions de l’article 03 du règlement N° 2011-04 du 24 mai 2011 portant identification, mesure, gestion et contrôle du risque de liquidité des banques et des établissements financiers, est ramené à 60%», souligne-t-on de même source.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador