MAP - Publié le Mercredi 22 Janvier 2020 à 10:46

Bulletin économique du Maghreb du 22/01/2020


Tunis - Plusieurs foyers de rouille couronnée, une maladie fongique qui affecte certaines céréales (avoine essentiellement), ont été détectés dans des champs de luzerne situés dans les gouvernorats du nord de la Tunisie, a annoncé mardi le ministère tunisien de l'Agriculture, sans donner de précisions sur les régions touchées.


"Cette maladie est épidémique. Elle se propage rapidement et peut provoquer des pertes considérables en une période très courte", prévient le ministère dans un communiqué. 

Ces foyers ont été repérés par les services spécialisés de la direction générale de la santé végétale et du contrôle des intrants agricoles lors des opérations de suivi et de visites de terrain aux sites de production dans ces régions.

Le ministère a lancé, à cet effet, un appel à la vigilance, recommandant aux producteurs de luzerne de contrôler leurs champs et d'intervenir dans l'immédiat pour traiter, dès la détection des premiers symptômes de rouille couronnée, les parcelles affectées.

Les premiers symptômes de cette maladie sont la présence de pustules orange à brunes sur les plants, dispersées sur la surface des feuilles.

Les gaines des feuilles, puis ultérieurement les panicules de la plante peuvent également être contaminées. La Maladie est favorisée généralement par des températures élevées (20-25°C). 

-. La Banque centrale de Tunisie (BCT) a annoncé, mardi, le lancement officiel de la Sandbox réglementaire, définie comme étant un environnement de test qui permet de surveiller l'expérimentation de solutions innovantes proposées par des Fintech (entreprises de technologie financière) à petite échelle et avec des clients volontaires. 

"Il s’agit d’une synergie entre le monde de l’innovation et la réglementation qui doit sûrement changer", a souligné Marouane Abassi, gouverneur de la BCT, lors de la cérémonie de lancement. 

L'objectif est de garantir l’inclusion et l’innovation financière et changer le modèle bancaire en allant vers la restructuration et la digitalisation des banques, pour changer rapidement, l’écosystème", a-t-il dit, soulignant que 2020-2021 doit être l’année de l’économie du savoir.

Pour sa part, le ministre tunisien des Technologies de la communication et de l’économie numérique, a souligné que cette initiative "doit être généralisée à d’autres secteurs comme le transport". 

"La Sandbox est une chance pour les dizaines de fintech qui pourront tester leurs solutions technologiques et comprendre les exigences réglementaires en vigueur, afin de promouvoir une offre de services financiers qui soit adaptée aux besoins du marché", a-t-il dit. 

Le ministre a ajouté que grâce à la Sandbox et à d’autres initiatives similaires, les 200 startups labellisées lancées par des jeunes pourront développer leurs activités en Tunisie dans un cadre réglementaire et ne pas être obligées de partir à l’étranger. Il a de même indiqué que dans les prochains jours, une nouvelle solution pour le paiement international sera annoncée, notant que l’année 2020 sera aussi marquée par l’entrée en vigueur de la première banque 100% numérique et sans agences.

Pour sa part, Onur Ozlu, représentant de la Banque Mondiale, a souligné que la Sandbox représente beaucoup d’opportunités notamment pour les jeunes. La Sandbox est une composante d’un axe plus important soutenu par la banque mondiale pour garantir l’inclusion financière en Tunisie et qui est la fintech et l’innovation. 

-. Le produit net bancaire de la Banque Nationale Agricole en Tunisie (BNA) s’est établi, jusqu'à fin décembre 2019, à 656 millions de dinars (1 euro = 3,11 dinars), contre 554 millions de dinars durant la même période de l'année écoulée, soit une augmentation de 18,5%. 

D'après des données publiées par la Bourse de Tunis, les dépôts de la clientèle ont enregistré, entre décembre 2018 et 2019 une augmentation de 790 millions de dinars, soit un taux d’accroissement de 10,1%.

Au 31 décembre 12019, l’encours des créances sur la clientèle a atteint 10.462 millions de dinars, contre 9.259 millions de dinars au 31 décembre 2018, enregistrant ainsi une augmentation de 13%.

Les charges d’exploitation bancaire ont enregistré une augmentation de 149 millions de dinars, passant de 521 millions de dinars au 31 décembre 2018 à 670 millions de dinars au cours de la même période 2019, soit un taux de progression de 28,6%.

La Banque Nationale Agricole, une institution cotée en bourse, représente l'une des trois principales banques publiques. Son titre s'est élevé à 11,500 dinars, selon les données de la séance du 21 janvier courant.

Nouakchott -.Une importante délégation mauritanienne, conduite par le Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a pris part au Sommet de Londres entre le Royaume d’Angleterre et les pays africains, consacrée à la question de l’investissement en Afrique. La Mauritanie a œuvré, à cette occasion, à consolider son partenariat avec l’Angleterre dans différents domaines, notamment ceux de l’énergie et des mines. Dans une déclaration à la presse, l’ambassadeur britannique en Mauritanie, Simon Baydon, a indiqué que le partenariat entre la Mauritanie et l’Angleterre vise à assurer une prospérité partagée aux deux parties. Le diplomate britannique a ajouté que son pays œuvre avec la Mauritanie pour l’exécution d’un programme de développement économique pour une prospérité partagée en appui au développement durable et global respectueux de l’environnement. Il a de même souligné que son pays, grâce à son expérience dans le domaine du «financement vert » et l’énergie renouvelable, aspire à aider la Mauritanie afin qu’elle devienne la première destination pour le commerce et les échanges. Ce sommet vise également à favoriser la création d’opportunités d’emplois dans le continent africain et la consolidation du développement économique africain, relève-t-on.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador