MAP - Publié le Jeudi 27 Février 2020 à 11:43

Bulletin économique du Maghreb du 27/02/2020


Alger -. L'usine de Renault Algérie Production (RAP) d’Oued Tlélat (Oran) a officiellement fermé ses portes jusqu’à nouvel ordre, selon le journal "Liberté", qui cite une source proche de la société.


"Cette décision intervient après l’arrêt des importations des kits SKD/CKD destinés au montage automobile", a ajouté la même source, qui précise qu’il y a "absence de visibilité et, du coup, l’usine a dû fermer ses portes en attendant la publication d’un nouveau cahier des charges qui, d’après le gouvernement, sera probablement prêt d’ici au mois d’avril prochain".

"C’est pour ces raisons que cette fermeture pourrait durer entre 45 et 60 jours", souligne la même source, précisant que les déboires de l’usine de RAP ne datent pas d’aujourd’hui. "Nous avions déjà annoncé au mois de novembre 2019 que nos lignes de production connaîtraient des étapes d’arrêt à cause de cette situation", rappelle la même source.

Aujourd’hui, l’usine est contrainte d’arrêter son activité, car il n’y a rien à produire tant que les importations des kits SKD/CKD ne sont pas autorisés, explique-t-elle, confirmant la mise au chômage technique de quelque 1.300 travailleurs, qui percevront leurs salaires durant cette période.

"Depuis le mois de décembre 2019, nous n’avons rien fabriqué. Vous voyez un peu la délicatesse de la situation", déplore-t-elle, faisant savoir que le retour à la normale dépendra de la publication prochaine du cahier des charges et de la délivrance des autorisations pour importer les kits SKD/CKD.

Par ailleurs, "Renault Algérie" aurait contacté ses clients pour le remboursement des commandes effectuées à partir du mois de décembre 2019. "Renault Algérie ne peut pas prendre en charge ces commandes pendant que l’usine est à l’arrêt", explique la même source, qui relève que l’usine RAP a subi "des dégâts collatéraux".

-. Nouakchott -. La Mauritanie et l’Union européenne ont signé, mardi dernier, une convention de financement de la seconde phase du programme d’appui au secteur de la santé d’un montant de 24 millions d’euros. 

Cette convention a été paraphée par le ministre mauritanien de l’Economie et de l’Industrie, M. Abdel Aziz Ould Dahi et la commissaire européenne chargée des Partenariats internationaux, Mme. Jutta Urpilainen, en marge du sommet du G5 Sahel tenu mardi en Mauritanie.

Ce programme a pour objectif général d’améliorer l’accès à des soins de santé de qualité et de rendre cet accès plus équitable puis contribuer à la réduction de la pauvreté en Mauritanie pour améliorer les conditions de vie des populations.

A cette occasion, le ministre Ould Dahi a salué "l’appui de l’Union Européenne qui contribue à impulser un développement socio-économique durable en Mauritanie".

L’Union Européenne apporte une contribution financière importante au programme national de développement de la santé dans le but de renforcer le système de santé sur l’ensemble du territoire national.

L’objectif final est de mettre en place un système de couverture sanitaire universelle s’étendant à l’ensemble du pays.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador