MAP - Publié le Vendredi 28 Février 2020 à 11:41

Bulletin économique du Maghreb du 28/02/2020


Tunis - Quarante deux chaines charters Tunis-Jeddah et Tunis-Médine, dont 28 vols "Tunisair" et 14 "Nouvelair", prévus pour la saison 2019-2020 de la Omra, ont été annulés, a annoncé, jeudi, Dhafer Letaief, Secrétaire général de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages et de Tourisme (FTAV).


Dans des déclarations à la presse, Letaeif a fait savoir que les agences de voyages tunisiennes ont déjà payé pour ces chaines charter une garantie estimée à 140.000 dinars (1 euro = 3,1 dinars) par chaîne (plusieurs vols pour une courte période déterminée). 

Dans un autre communiqué, la fédération a assuré que la suspension d'entrée des pèlerins, décidée par les autorités saoudiennes, est une mesure de précaution provisoire visant à prévenir l'émergence du coronavirus (Covid-19) dans le Royaume et sa propagation.

La FTAV a souligné qu'elle suit de près cette situation imprévue, soulignant qu'elle œuvre actuellement en coordination avec les autorités spécialisées afin de prévenir les risques qui peuvent être encourus par les pèlerins tunisiens et les agences de voyage.

Le gouvernement saoudien a annoncé, mercredi dernier, la décision de "suspendre temporairement les entrées des pèlerins et aussi l'entrée de voyageurs munis de visas touristiques, provenant de pays touchés par l'épidémie du coronavirus.

La Commission nationale du pèlerinage et de la Omra en Tunisie tiendra, dans quelques jours, une réunion pour discuter des retombées de la décision de suspension de l'entrée des pèlerins sur les territoires saoudiens, sur les agences de voyages et les pèlerins tunisiens.

-. Les experts-comptables n’ont d'autre choix que de se mettre au diapason des changements numériques et technologiques, sinon ils seront menacés de dépérissement, a souligné le président de l’ordre des experts-comptables (OECT), Slaheddine Zahaf.

Il a affirmé lors du 33ème congrès de l’OECT, organisé jeudi à Tunis sous le thème "la révolution digitale: défis et apport pour l’économie tunisienne", que la profession a compris l’enjeu et reconnait les défis, vu la rapidité des changements numériques qui deviennent une réalité imposée à toutes les professions, notamment l’expert-comptable.

M. Zahaf a reconnu, également, le retard de la Tunisie dans l’adaptation aux changements numériques au cours de cette dernière décennie en raison de l’intérêt accordé aux questions politiques aux dépends de l'adhésion aux changements technologiques rapides, à l’exception de certaines initiatives gouvernementales ou privées qui demeurent, à son avis, insuffisantes.

Il n’a pas, à cet égard, exclu la profession d’expert-comptable de ce retard qui a touché tous les secteurs industriels et des services.

-. Le président de la Fédération nationale du cuir et de la chaussure (FNCC), Akram Belhaj a souligné l'impératif de constituer un hub pour les industriels opérant dans ce secteur.

Intervenant lors d’un atelier de travail organisé à Tunis à l’initiative de la Chambre tunisienne des artisans du cuir et de la maroquinerie, sur le thème "développement des hubs en Tunisie", il a indiqué que les études stratégiques réalisées en la matière, ont montré que les hubs industriels permettent d’ouvrir des perspectives pour la relance de ce secteur prometteur, en attirant davantage de partenaires, en provenance notamment de France, d'Italie, d'Allemagne et de Belgique.

M. Belhaj a mis l’accent sur l’importance de regrouper les industriels dans un même espace géographique, dans une seule zone industrielle, pour échanger les expériences et rapprocher les industries, dans ses différentes phases de production.

Il s’agit, également, de faciliter la communication entre les industriels et les artisans spécialisés dans ce domaine, faisant savoir que le secteur des Industries du Cuir et de la Chaussure, qui compte 237 unités dont 106 unités à participation étrangère, emploie près de 40 mille personnes et constitue l’un des piliers de l’économie nationale.

A noter que les exportations du secteur ont atteint 1,8 milliard de dinars, durant les 10 premiers mois de 2019, renforçant ainsi la contribution de ce secteur dans le maintien des équilibres économiques et sociaux, l’amélioration de la balance commerciale et l'attraction des investissements directs étrangers. 

-. Alger, Le ministre algérien de l’Energie Mohamed Arkab a indiqué mercredi que les exportations de gaz vers l’Europe ont baissé de 22% en 2019.

S'exprimant lors de l’émission "L’Invité de la Rédaction" de la Chaîne III de la radio nationale algérienne, Arkab estime que cette baisse est due au changement de climat en Europe.

"Nous avons réduit nos ventes vers l’Europe par ce temps clément qui a sévi en Europe durant l’hiver 2019", a-t-il dit, ajoutant qu’il y a un réel risque que cela se passe ainsi cette année aussi.

Le ministre a insisté sur la nécessité de changer de stratégie. "Les conditions climatiques changent donc nous aussi nous devons changer et penser à cette transition énergétique et la transformation des hydrocarbures vers l’industrie et c’est cela qui va nous permettre de garder ce niveau d’exportation", a-t-il précisé.

Le ministre a justifié la baisse des recettes des hydrocarbures, qui étaient selon lui de 33,2 milliards de dollars par la chute du prix du baril de pétrole qui "est passé de 71 à 64 dollars en moyenne ".

Le site spécialisé dans les hydrocarbures "Interfaxenergy" avait souligné que les exportations de gaz de l’Algérie vers l’Europe ont connu une baisse d’environ 35% en 2019.

Selon une étude d'"Interfaxenergy", "l’Algérie rencontre des problèmes pour renégocier ses contrats de GNL à long terme indexés sur le pétrole".

"Sept de ces contrats devraient tous expirer d’ici la fin de 2024", révèle-t-il, soulignant que ce problème est destiné à durer dans le temps, selon les experts.

Nouakchott -. Les efforts fournis pour moderniser le système financier mauritanien seront consolidés et les banques commerciales auront un grand rôle à cet effet, a déclaré le Gouverneur de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), Cheikh El Kebir Ould Moulaye Taher.

Intervenant lors d’une réunion de prise de contact avec les présidents et les directeurs généraux des banques commerciales installées dans le pays, Ould Moulaye Taher a affirmé qu’il compte sur le secteur bancaire pour la concrétisation de la vision de modernisation du système financier national, assurant que l’esprit d’ouverture et de collaboration avec tous les acteurs économiques et financiers sera le mot d’ordre du management de la BCM. Relevant qu’il est conscient des défis auxquels fait face le secteur dans un environnement national et international en profonde mutation, il a rassuré qu’il veillera à ce que le professionnalisme, la rigueur et le respect des normes aura toujours le dernier mot dans les relations qui lient la Banque centrale, en tant que régulateur du système financier, et les banques mauritaniennes. D’autres intervenants ont exprimé leur engagement pour le développement et la modernisation du secteur, contribuant ainsi au développement économique du pays.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador