MAP - Publié le Jeudi 8 Octobre 2020 à 11:19

Bulletin économique du Maghreb


Tunis, - L'Instance Tunisienne de l'Investissement (TIA) a souligné que, durant les neuf premiers mois de 2020, 41 projets d'investissements ont été déclarés, mobilisant un investissement global avoisinant 1,8 milliards de dinars (1 euro = 3,24 dinars), soit une hausse de 56%, par rapport à septembre 2019, selon des indicateurs publiés, lundi, par l'Instance sur son site web.


D'après la TIA, ces projets permettront la création de près de 11.700 nouveaux emplois, contre un peu plus de 8200 emplois, durant la même période de l'année écoulé, ce qui correspond à une hausse de 42%.

L'instance a précisé que 56% de ces projets consistent en la mise en place de nouvelles entreprises, 39% concernent des extensions à lancer, alors que 5% des renouvellements de projets.

Le plus gros morceau de ces investissements sera orienté vers des projets industriels (43%) et énergétiques (28%). Les projets touristiques et de services représentent, respectivement, 16% et 13% des investissements.

-. Les services de la dette extérieure cumulés en Tunisie ont été réduits de 17%, à la fin du troisième trimestre 2020, baissant de 7,6 milliards de dinars (1 euro = 3,24 dinars) à 6,2 milliards de dinars, en septembre 2020, selon les indicateurs monétaires et financiers, publiés par la Banque Centrale de Tunisie (BCT).

Les recettes touristiques cumulées n'ont pas dépassé 1,7 milliard de dinars, marquant une baisse de 59,7%, à fin septembre, contre des recettes d'une valeur de 4,3 milliards de dinars, durant la même période de 2019.

Concernant les avoirs nets en devises, la BCT a fait état d'une importante hausse de 17%, à 21 milliards de dinars, à la date du 5 octobre courant (142 jours d'importation), contre 18 milliards de dinars, en 2019 (101 jours d'importation).

Pour rappel, le gouverneur de la BCT avait expliqué, lors d'une récente conférence de presse, le maintien de ce niveau respectable de réserves en devises, malgré la chute des recettes touristiques (un manque à gagner de 2,5 milliards de dinars), par une importante baisse des importations, une diminution significative du prix du baril de pétrole, ce qui a réduit la facture énergétique, et une régression de la demande de devises pour les voyages à l'étranger .

A l'ensemble de ces facteurs, s'ajoutent les revenus du travail qui se sont maintenus au même niveau, que celui d’avant la crise sanitaire. En effet, les revenus du travail cumulés, se sont élevés à 4,1 milliards de dinars, en légère hausse de 9%, par rapport à l'année écoulée.

-. Le marché boursier tunisien a terminé la séance du mercredi en territoire négatif. L'annonce de la mise en place probable d’un couvre-feu dans la région du grand Tunis à partir de ce jeudi a pesé sur le moral des investisseurs.

L’indice de référence a abandonné 1,06% à 6671,97 points, dans un volume de 4,6 millions de dinars (1 euro = 3,24 dinars), selon l'intermédiaire en bourse, "Tunisie Valeurs".

-. Les représentants des bailleurs de fonds et des institutions financières internationales finançant la Tunisie ont souligné leur attachement à renforcer davantage leur rôle à même de permettre à la Tunisie d’exécuter ses programmes de réformes et de lui fournir l’aide financière et technique nécessaire, surtout en ce qui concerne le renforcement du budget.

C’est ce qui ressort d'une réunion en présentiel et à distance entre des représentants d’un nombre des institutions financières internationales et de bailleurs de fonds (BM, UE, BAD, AFD, JICA…), et le ministre tunisien de l’Economie, des Finances et du Renforcement de l’Investissement, Ali Kôoli, consacrée au suivi périodique du programme du renforcement du budget commun.

La réunion a permis de passer en revue l’avancement du programme de la coopération financière pour l’année 2020, le plan d'action pour 2021et les exigences de la coordination entre le gouvernement tunisien et les institutions financières, à la lumière des priorités nationales pour la prochaine période.

Le ministre tunisien a réaffirmé l’engagement de la Tunisie et son attachement à poursuivre la dynamisation de l’ensemble des réformes susceptibles de donner l'élan nécessaire à l’économie nationale, d’améliorer leur rentabilité à travers la réforme des établissements publics, le développement de leur gouvernance, l’amélioration de leur efficience et la consolidation de la transition numérique, outre le renforcement de l’intégration économique et sociale et autres réformes. Il a souligné que la Tunisie compte beaucoup dans ce processus de réformes sur ses potentialités et ses propres efforts, ainsi que sur l’appui de ses partenaires, insistant sur la nécessité de renforcer la solidarité internationale et la coopération entre les différentes parties, notamment en cette conjoncture internationale difficile par laquelle passe tous les pays du monde, y compris la Tunisie, à cause des répercussions de la crise sanitaire COVID-19.

.- Nouakchott, Le ministère mauritanien des Finances a organisé, cette semaine à Nouakchott, un colloque pour présenter et expliquer les nouvelles modalités et procédures de préparation et d’exécution du budget de l’Etat.

Cette rencontre a été l'occasion pour mettre l'accent sur les procédures qui ont pour but de moderniser et de simplifier l’exécution du budget, à travers la généralisation du système "Rachad" aux wilayas de l’intérieur et aux missions diplomatiques à l’étranger pour permettre aux différentes parties concernées, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de gérer leur budget à travers ce système transparent.

Ces nouvelles procédures accordent une totale liberté aux départements ministériels pour effectuer les transferts, emprunts et autres opérations faites dans ce cadre à travers le budget, dont les rubriques s’accordent avec l’activité exécutée dans le cadre des politiques publiques. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador