MAP - Publié le Lundi 19 Octobre 2020 à 21:00

Bulletin économique du Maghreb


Tunis - L'Organisation de la Coopération et du Développement Economique (OCDE) vient de publier un Guide de management des risques dans les marchés publics en Tunisie, qu'elle a élaboré avec la Haute Instance de la Commande Publique (HAICOP).


Le guide souligne que "la commande publique représente 14% du PIB en Tunisie et contribue à la réalisation des objectifs primordiaux de l’action publique, tels que la protection de l’environnement, l’innovation, le développement des petites et moyennes entreprises et la conduite responsable des entreprises.

Dans ce contexte et face aux montants en jeu, les acheteurs publics font face à de nombreux défis à savoir la concurrence, la liberté d’accès à la commande publique, l’égalité devant la commande publique et la transparence et l’intégrité des procédures, souligne le document.

Il rappelle que les marchés publics est un domaine à haut risque vu les montants considérables en jeu et la multiplicité des intervenants et notamment l’interaction étroite entre les secteurs public et privé".

Le guide fournit à l’ensemble des intervenants dans le processus de management du risque dans les marchés publics, "une approche formalisée et cohérente des activités inhérentes au processus". 

-. "Le marché boursier tunisien a clôturé la semaine du 12 au 16 octobre à l'équilibre à 6676,4 points, maintenant sa contreperformance annuelle à (-6,3%). Les craintes sur le bilan sanitaire et économique de la deuxième vague de la COVID-19 et la publication du projet de loi de finances de 2021 ont porté les investisseurs à l'attentisme", selon l'analyse de l'intermédiaire en Bourse "Tunisie Valeurs".

Le constat est moins reluisant sur le front des échanges où seulement 13,5 millions de dinars (1 euro = 3,20 dinars) ont été traités sur la semaine, soit une moyenne quotidienne de 3,4MDt.

Dans les prochaines semaines, la publication des indicateurs d'activité au 30 septembre 2020 devrait contribuer à dynamiser le marché. 

-. Le projet de loi des finances pour l'année 2021 en Tunisie comprend des mesures visant à alléger la charge fiscale sur les opérateurs des réseaux de communication et les fournisseurs des services d'Internet, et ce, à travers le retrait de l'imposition de 7% de TVA sur les services de la téléphonie fixe et d'Internet rendus par les opérateurs des réseaux de la communication et les fournisseurs des services d'Internet à domicile.

Le projet de loi propose, dans le même sillage, la non-imposition des montants en provenance des ventes effectuées par les opérateurs des réseaux de la communication des appareils de téléphonie mobile et fixe ainsi que des clés d'accès aux services d'Internet .

-.Alger, L'Algérie peine à développer ses exportations hors hydrocarbures, a déploré le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal) Ali Bey Nasri, plaidant pour la dépénalisation de l’acte d’exportation.

Dans des déclarations à la presse, il a appelé à l'adoption de mesures plus importantes dans la loi de finances 2021, dont l'amendement de la réglementation des changes en faveur des exportateurs.

"Certains articles nous gênent. Nous avons élaboré une liste de propositions. Il y a trois ordonnances qui culpabilisent l’exportateur algérien. Nous avons notamment demandé à ce que l’ordonnance pénalisant les exportateurs soit revue, c’est très important, du fait que la réglementation des changes ne reconnaît pas les incidents de paiement", a-t-il expliqué.

Il a fait état de deux ordonnances qui assimilent les incidents de paiement à des fuites de capitaux et de la non reconnaissance auprès des tribunaux de l'assurance, dédiée à la garantie des exportations.

Dans ce sens, il a dénoncé "une contradiction au niveau des textes, appelant à "lever les verrous qui pénalisent les exportations" en accordant de la confiance aux exportateurs. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador