MAP - Publié le Lundi 26 Octobre 2020 à 11:20

Bulletin économique du Maghreb


Tunis - Les recettes touristiques cumulées de la Tunisie ont régressé de 61%, soit l'équivalent de 2,8 milliards de dinars (1 euro = 3,20 dinars), pour ne pas dépasser 1,8 milliard de dinars, jusqu'au 20 octobre courant, selon les dernières statistiques de la Banque Centrale de Tunisie (BCT).


La Banque a fait état, aussi, d'une hausse de revenus du travail cumulés de 9%, à 4,4 milliards de dinars et d'une baisse des services de la dette extérieure cumulés de 15,8%, à 6,7 milliards de dinars.

Pour ce qui est des avoirs nets en devises, ils se sont élevés, à la date du 22 octobre, à 21,2 milliards de dinars, soit l'équivalent de 144 jours d'importation, contre 18,6 milliards de dinars (104 jours d'importation), en 2019.

En ce qui concerne l'indice boursier (Tunindex), il a régressé en passant de 7.037 points en octobre 2019 à 6.649 points en octobre 2020. De même, le volume global du refinancement a baissé de 27%, à la date de 22 octobre à 8,8 milliards de dinars, contre 12,1 milliards de dinars, en octobre 2019.

En revanche, le total des transactions interbancaires ont augmenté de 18%, à 1,7 milliard de dinars.

-. Environ 193 étables en Tunisie ont été, jusqu'au 21 octobre 2020, touchées par la Fièvre catarrhale, connue sous le nom de la maladie de la langue bleue (catégorie 4), qui atteint le bétail, selon le ministère tunisien de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche maritime.

Et de préciser que 32 foyers de contamination détectés chez les ovins et 161 foyers chez les bovins, sont répartis sur les zones humides notamment les gouvernorats du centre et du Sahel.

Commentant l’absence de vaccin, le ministère a souligné que le traitement de cette maladie a été revu en fonction des données scientifiques et des résultats empiriques ayant prouvé l’émergence rapide de plusieurs variétés nouvelles de la maladie (24), ce qui nécessite de revoir à chaque fois, la composition du vaccin et exige une double vaccination, rendant ainsi, inefficace le recours au vaccin comme traitement.

En ce qui concerne la consommation des viandes, le ministère a fait savoir qu’il n’y a aucun risque à consommer les viandes rouges soumises aux contrôles vétérinaires, appelant à acheter les viandes portant le cachet vétérinaire.

Il a insisté sur l’importance de lutter contre les insectes piqueurs et de ne pas faire sortir les troupeaux près des zones marécageuses et des périmètres irrigués, surtout après le lever ou avant le coucher du soleil, étant donné qu'il s'agit de périodes pendant lesquelles les insectes sont actifs et d’éviter l’amoncellement des engrais naturels aux alentours des étables.

Le département agricole a expliqué qu’il s’agit d’une maladie animale qui ne se transmet pas aux êtres humains et qui ne se transmet entre les animaux qu’à travers les insectes piqueurs. 

-. L'Association Tunisienne des Industriels de la Plasturgie a désapprouvé fermement la mesure prévue dans le projet de loi de finances 2021, de porter l'impôt sur les sociétés (IS) à 18%.

Dans un communiqué, l'association a précisé que cette réaction intervient après concertation entre ses membres, dont la grande majorité est des entreprises totalement exportatrices, fournissant des constructeurs automobile et des grands groupes industriels.

A cet effet, elle a ajouté que cet impôt est déjà passé en quelques années de 0 à 10 et maintenant 13,5 % en plus de l’imposition des dividendes à 10% et de l’augmentation des charges patronales, ce qui a fortement affecté la compétitivité des entreprises tunisiennes.

"Une augmentation supplémentaire sera lourde de conséquence et risque de mettre un frein à notre développement en Tunisie et par conséquent, impactera le maintien de l’emploi. Nous avons tous élaboré nos business moyen-long termes sur des bases économiques qui ne sont plus d’actualité et qui évoluent tous les ans, ce qui rend impossible le développement d’une stratégie long terme", a expliqué cette association .

Et de conclure que "cette mesure risque de faire disparaître définitivement, la Tunisie des radars des investisseurs au profit d’autres pays".

-. Le bureau exécutif du syndicat des agriculteurs de Tunisie (SYNAGRI) a appelé, dimanche dans un communiqué, le gouvernement à arrêter immédiatement l'importation des veaux d'engraissement et à développer l'élevage local des génisses, moyennant une prime de 500 dinars (1 euro = 3,20 dinars).

Le SYNAGRI pointe les multiples difficultés que connaît la filière des viandes rouges et du lait, lesquels vont mener à un blocage de l'ensemble du système.

Et d'évoquer la détérioration des prix des viandes rouges, par rapport à la même période de l'année dernière, la poursuite de l'importation des veaux d'engraissement et des génisses, l'excédent de la production de viandes rouges à l'échelle nationale, la dégradation de la situation du tissu social dans les zones rurales qui se basent essentiellement, sur les petits et moyens éleveurs.

Il propose comme solutions pour sortir de cette crise, de commercialiser la production tunisienne auprès des institutions publiques, telles que les hôpitaux, les casernes et les restaurants universitaires, au lieu d'importer de la viande de l'étranger.

Et de préconiser d'octroyer une prime de 500 dinars aux éleveurs pour développer l'élevage local des génisses et améliorer la race et d'arrêter l'importation de veaux d'engraissement jusqu'au rétablissement de la filière, dans un contexte de propagation de la maladie de la langue bleue (fièvre catarrhale) qui a impacté une consommation déjà affectée par la détérioration du pouvoir d'achat du consommateur. 

-.Nouakchott, Les travaux publics en Mauritanie seront exécutés par des sociétés locales, dans les années à venir, a annoncé le président de l'Union Nationale du Patronat Mauritanien (UNPM), Mohamed Zeine Abidine Ould Cheikh Ahmed.

Ould Cheikh Ahmed, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse organisée en marge de la deuxième session ordinaire de l’Union, a salué la décision du président mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani qui a opté pour ce choix dans l’exécution des travaux publics comme le réclamait l’union.

Il a souligné que ce choix aura des conséquences positives sur la main d’œuvre locale et permettra aux entreprises mauritaniennes de renforcer leurs capacités et de fournir un travail de qualité.

-. Alger, Le champ algérien pétrolier d’El Merk du groupement Berkine dans le sud, a été mis à l’arrêt suite à un incendie qui s’est déclenché, mercredi dernier.

La décision de mettre à l’arrêt ce champ a été prise vendredi dernier par le ministère algérien de l’Energie.

Cette infrastructure a subi un incendie mercredi soir au niveau du four du 2ème train du centre de traitement du champ provoquant l’arrêt de ce site de production des hydrocarbures.

Notons que le champ d’El Merk du groupement Berkine est composé de deux trains de traitement de brut et condensat d’une capacité de 63.500 Barils par jour, d’un train de traitement de GPL de 30.000 Bbl/j.

La capacité totale de stockage de brut est de 320.000 barils (50.000 m3), alors que celle de stockage de condensat est de 24.000 m3. Le site est exploité par Sonatrach en partenariat avec les compagnies étrangères Anadarko, Total et Eni, et ce depuis 2013. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador