MAP - Publié le Vendredi 20 Novembre 2020 à 12:18

Bulletin économique du Maghreb


-. La production locale de viandes bovines en Tunisie demeure insuffisante depuis des années et ne couvre pas les besoins des citoyens, alors que l'importation de faibles quantités ne peut ajuster les prix à la consommation, selon la chambre syndicale nationale des commerçants des viandes en gros.


La chambre syndicale relevant de l'Union Tunisienne de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, a appelé dans un communiqué à autoriser les sociétés à importer régulièrement quelques quantités de viandes bovines, pour que les prix ne dépassent pas les 24 dinars (80 dirhams) le kilo et par-delà être à la portée du consommateur.

Elle a précisé que l'importation a été arrêtée depuis trois mois, ce qui a entraîné une hausse des prix des viandes rouges atteignant entre 28 et 30 dinars (de 93 à 100 dirhams) le kilo alors que les viandes importées connues pour la bonne qualité, ne dépassent pas les 23 dinars le kilo.

La chambre syndicale a exhorté les autorités à encourager les producteurs des bœufs à travers la subvention des pâturages concentrés afin de les aider à faire face à ces difficultés.

Le nombre de têtes de bovins en Tunisie a enregistré au cours de ces dernières années une baisse significative, à cause des difficultés que rencontrent les agriculteurs, liées notamment à la hausse des prix des pâturages, la contrebande et la recrudescence du phénomène de vol du cheptel, ce qui a entrainé du coup une réticence pour exercer cette activité et se tourner vers d'autres secteurs.

-. Alger, Le Syndicat national des techniciens de la maintenance des avisons d’Air Algérie (SNTMA) a exprimé son opposition à la réduction des salaires pour faire face aux difficultés financières de la compagnie aérienne nationale dont les avions sont cloués au sol depuis le 17 mars dernier suite à la fermeture des frontières et la suspension du trafic aérien en raison de la pandémie du coronavirus.

Dans un communiqué, le SNTMA a souligné qu'il a été fort de constater, qu’une fois de plus, aucune solution concrète n’avait été proposée par les dirigeants, mis à part l’insistance pour la réduction de la masse salariale à travers un accord renouvelable, sans que cela ne soit pour autant une solution à la crise et cela selon les propres dires du premier responsable de la compagnie.

Il a noté avoir signifié l'opposition à cette solution d’autant plus, qu’il a été important de rappeler que le technique est resté actif et ce, depuis le début de la pandémie et qu’il était inconcevable de réduire les salaires d’une structure dont l’activité a été constante pendant toute la crise du COVID-19.

Il s'est déclaré "totalement abasourdi par la réponse du PDG", qui "résume bien le manque de considération envers notre corporation, le corps le plus productif de cette compagnie, rappelant que "le technique, depuis le début de cette pandémie, a assuré le maintien de la flotte en état de navigabilité dans les standards et normes internationales et a même entrepris des travaux lourds pour des clients tel que Tassili Airlines et la MDN, malgré les risques et le manque de moyens de protection". 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador