MAP - Publié le Mardi 3 Mars 2020 à 11:19

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 03/03/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 03 mars :


Sénégal-Canada-Développement

Le gouvernement canadien a décidé d'investir 3,5 milliards de dollars au Sénégal pour le financement de plusieurs programmes de développement, rapporte lundi l’agence de presse sénégalaise APS.

Cette enveloppe s’inscrit dans le cadre du deuxième plan d’action de la politique d’aide internationale féministe (PAIF) du Canada, a précisé la deuxième secrétaire à la coopération de l’ambassade de ce pays à Dakar, Vicky Leclair qui intervenait à l’atelier d’orientation et de sensibilisation des maires et présidents des conseils départementaux sur le renforcement de la gouvernance territoriale de la nutrition intégrant le genre.

Côte d'Ivoire-PME

Le ministère ivoirien de la promotion des Petites et moyennes entreprises (PME) de concert avec le GIZ, l'Agence de coopération internationale allemande pour le développement, a lancé, jeudi dernier à Abidjan, un programme dénommé «SI Jobs», qui permettra de former environ cinq-cents PME ainsi que deux-cents Très petites entreprises (TPE) et créer 2250 emplois en Côte d'Ivoire.

Ce programme de formation d'un coût de 18 millions d'euros (plus de 11 milliards FCFA) qui durera deux ans pour sa première phase, permettra de renforcer les capacités des promoteurs des PME et des TPE.

Selon Félix Anoblé, le ministre ivoirien de la promotion des PME, ces formations vont améliorer les différentes entreprises et permettront au final, la création de 2250 emplois avec l'augmentation de la compétitivité des PME.

Côte d'Ivoire-économie

La Côte d'Ivoire qui enregistre un taux de croissance économique moyen de 8% depuis 2012, figure parmi les pays africains « en situation de pouvoir prétendre à l'émergence », a affirmé l'économiste Emmanuel Pinto Morreira, le directeur du département des économistes pays de la Banque africaine de développement (BAD).

« Des pays africains comme le Rwanda, l'Éthiopie, la Tanzanie, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et le Ghana sont des pays à croissance établie. Ces pays ont enregistré des croissances économiques élevées sur plusieurs années et sont en situation de pouvoir prétendre à l'émergence», a soutenu M. Morreira dans une conférence qu'il a donnée au Centre africain de management et de perfectionnement des cadres (CAMPC) à Abidjan sur le thème, «développements économiques récents et perspectives de l'Afrique en quête d'émergence».

« Mais attention, cette croissance établie de ces pays ne veut pas forcément dire qu'ils seront émergents», a-t-il prévenu soulignant que pour être effectivement émergents, ces pays devraient encore avoir une croissance économique soutenue pendant les dix ou quinze années à venir.

Côte d'Ivoire-cybercriminalité

Global Voice Group, fournisseur mondial de solutions numériques pour les gouvernements et les autorités réglementaires des pays émergents, organise le 9 mars à Abidjan une table ronde consacrée aux moyens de lutter contre la cybercriminalité en Afrique.

Cette table ronde se tient dans le cadre de l'Africa CEO Forum, dont la 8e édition est prévue les 9 et 10 mars à Abidjan. A cette occasion, Global Voice Group mènera le débat sur les synergies nécessaires en matière de cybersécurité sur le continent. 

En participant à l'Africa CEO Forum, le plus grand rendez-vous annuel du secteur privé africain, qui se déroulera autour du thème « Capitalisme et bien commun : un nouvel horizon pour le secteur privé africain », le groupe veut susciter le débat sur les nouveaux enjeux de la sécurité numérique.

Tchad-Elevage 

Le président tchadien Idriss Déby Itno vient d'inaugurer un complexe industriel des abattoirs non loin de la ville de Moundou (sud) qui devrait permettre de booster le secteur de l'élevage, un des piliers de l'économie tchadienne.

Le complexe industriel a une capacité de production annuelle de 20.000 tonnes de viande, soit 200 à 400 bovins et 400 à 600 petits ruminants par jour, dont une grande partie est destinée à l'exportation dans la sous-région.

Le Tchad dispose d'un important cheptel estimé à plus de 114 millions de têtes de bétail, toutes espèces confondues, et de 36 millions de volailles essentiellement traditionnels, selon les résultats du recensement général de l'élevage de 2018.

 Ghana-Cacao

Le Ghana Cocoa Board (Cocobod) s'est associé à Mennonite Economic Development Association (Meda) pour contrôler la propagation de la maladie du Swollen Shoot du cacao (CSSVD).

Le chef de la division santé et vulgarisation du cacao au Cocobod, Emmanuel Nii Tackie-Otoo a indiqué que le CSSVD avait de graves effets sur la production de cacao dans le pays, ajoutant que des efforts concertés étaient nécessaires pour lutter contre la maladie. Actuellement, 315 000 hectares de cacaoyers sont infectés par la maladie, dont une majorité dans la Western North Region. Environ 17% des plantations de cacao sont infectées par la CSSVD. Un projet pilote a été mené avec la coupe de 7 000 ha de cacaoyers infectés, dont 6000 dans le nord-ouest et 1 000 ha dans la région orientale et la replantation de 2 000 ha, a précisé le Dr Tackie-Otoo.

A la recherche de 25 milliards FCFA sur le marché financier régional, le Togo a bouclé récemment, son émission d'Obligations Assimilables du Trésor (OAT) par un taux de couverture de 224%.

Cette opération, la 4ème qu’a effectuée le pays cette année, lui a permis d’enregistrer au total, des soumissions de plus de 56 milliards FCFA. En 4 opérations effectuées cette année, le Togo a de fait, réalisé autant de performances au-delà de 200% de ses objectifs initiaux. Le pays garde toutefois 27,5 milliards FCFA pour alimenter son trésor.

Le Togo, pour atteindre son objectif de mobilisation, a fractionné les 25 milliards FCFA en des titres d’un nominal de 10 000 FCFA chacun. Ils seront rémunérés au taux annuel de 6,4%. L’opération est stipulée pour 5 ans tandis que la date de valeur des titres est le 02 mars 2020.

Kenya-Economie

Les autorités kényanes ont donné leur feu vert, sous conditions, à l'acquisition de Gulf Energy Holdings Limited par Rubis, le distributeur français de produits pétroliers, qui devient ainsi le leader sur le marché des stations-services, supplantant Total et Vivo Energy.

Après avoir pénétré le marché kényan en 2015, avec la reprise des actifs de Total dans le transport des bitumineux, puis confirmé en mars 2019 avec le succès de son OPA sur KenolKobil, Rubis poursuit son expansion.

En mettant la main sur le numéro 4 kényan (5,8 % du marché), le distributeur français devient ainsi leader de la distribution pétrolière avec 21,2 % des parts de marché, supplantant ainsi Total (16,4 %) et Vivo (16,2 %), tandis qu’OLA ferme le bal avec 6,9 %.

Ethiopie-Café-Export

Les exportations de l'Ethiopie en café pendant les sept derniers mois ont rapporté quelque 407 millions de dollars us, a indiqué l'autorité éthiopienne du thé et du café.

Au cours de cette période, l’Ethiopie a exporté 150.000 tonnes de café, selon l’autorité éthiopienne, notant que les recettes des exportations s’inscrivent en baisse par rapport aux années précédentes en raison de la chute du prix du café.

RDCongo-industrie-libreéchange-Afrique

Le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma, estime que la RD Congo n’a pas rempli toutes les étapes pour s’ouvrir à la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) en cours de construction sur le continent, notant que cette ouverture de la RDC “pourrait rendre difficile l’émergence de son industrie locale”.

Pour Albert Yuma, « la RDC ne doit pas, et ne peut pas être uniquement un marché d’importation de biens et services venus de l’étranger et une zone d’exportation de matières premières non transformées ».

D’où la nécessité de mettre de politique pour favoriser la création au niveau national des industries. La République démocratique du Congo entend accroître le nombre de ses entreprises industrielles de 525 à plus de 1000 d’ici à 2023. 

Gabon-ciment-investissement

L'homme le plus riche d’Afrique et président du groupe Dangote, Alhaji Aliko Dangote, a annoncé le début de la construction d’une nouvelle cimenterie au Gabon d’une valeur de 75 millions de dollars (45 milliards de francs), rapporte la presse locale.

Le projet concerne précisément la construction d’une unité de broyage de clinker qui devrait livrer jusqu’à 3 000 tonnes par jour.

La nouvelle cimenterie devrait être achevée d’ici le premier trimestre de 2021 avec une production d’un million de tonnes par an. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador