MAP - Publié le Mardi 4 Février 2020 à 11:32

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 04/02/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 04 février :


Sénégal-Gouvernance

Le président sénégalais, Macky Sall, est revenu lundi sur les ''manquements’’, ‘’entorses au code des marchés’’ et ‘’recommandations’’ contenus dans les derniers rapports de la Cour des comptes, assurant que les dossiers qui nécessitent que la justice se prononce seront transmis aux juridictions.

Evoquant le travail de la Cour des comptes en marge de la traditionnelle cérémonie de levée des couleurs, Macky Sall a souligné qu’il est ‘’à noter des manquements au travail sur les procédures, des entorses au code des marchés publics et surtout des recommandations pour corriger souvent des erreurs de procédures et les dossiers qui nécessitent que la justice se prononce seront transmis aux juridictions’’.

La publication de ces rapports ‘’contribue à renforcer la gouvernance’’, selon le chef de l’Etat, relevant au passage que ‘’la gouvernance, est un processus, une pédagogie’’.

Afrique-UEMOA-Monnaie

Au terme du premier semestre 2019, les transactions via les comptes de monnaie électronique se sont élevées à 6203,20 milliards FCFA (environ 10,545 milliards de dollars), a-t-on indiqué lundi auprès de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Ces transactions ont connu une augmentation de 857,3 milliards FCFA par rapport au second semestre 2018.

Cette progression traduit l'adhésion continue des populations aux services de paiement adossés à la monnaie électronique et s’explique par le renforcement des réseaux de distribution déployés dans l’UEMOA (Union économique et monétaire Ouest-africaine) par les établissements de monnaie électronique (EME), souligne la BCEAO.

Kenya:

Selon le Kenya Revenue Authority, les investissements dans la numérisation et le suivi des cargaisons ont permis de limiter le détournement, les fausses déclarations et le commerce illicite, ce qui a accru les revenus de 18,8%.

Cela fait suite à la mise en œuvre réussie du Centre de commande du scanner intégré (ISCC) et du Système régional de suivi électronique des cargaisons (RECTS), tous dotés d'un centre de commandement central à Times Tower, à Nairobi.

Les dernières données officielles du Trésor montrent que la collecte des impôts semestriels (juillet-décembre) s'est terminée à 857,8 milliards de shillings (environ 8,57 millions de dollars) soit une croissance de 18,8% par rapport à 722,3 milliards de shillings en décembre 2018. Les deux systèmes, qui ont été salués par l'Organisation mondiale des douanes (OMD), ont réduit la vérification du fret aux ports d'entrée de 60% à moins de 10%, augmentant les processus de dédouanement et le temps de séjour des marchandises le long du Corridor Nord.

"En termes d'évasion fiscale, les systèmes de numérisation des cargaisons ont résolu ce problème, et nous avons vu en particulier de l'éthanol qui était introduit en contrebande en grande quantité sur les scanners", a déclaré lundi le commissaire aux douanes et au contrôle des frontières, Kevin Safari.

Il s'est exprimé lors d'une visite du centre par le Secrétaire général de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), Kunio Mikuriya, qui se trouve dans le pays pour une visite de deux jours.

L'OMD a fourni un renforcement des capacités et un soutien technique à la KRA alors qu'elle s'apprête à mettre en œuvre une technologie moderne pour lutter contre les obstacles non tarifaires au commerce, freiner le commerce illicite et faciliter le mouvement des marchandises à travers les frontières.

La KRA dispose d'au moins 20 scanners dans les principaux points d'entrée et de sortie du pays.

Ghana-Finance

La banque centrale a maintenu inchangé son taux directeur à 16%, pour la sixième fois consécutive depuis sa dernière baisse il y a environ un an.

Le maintien du taux directeur signifie que le rendement des instruments à revenu fixe et les taux débiteurs resteraient relativement les mêmes au cours des deux prochains mois.

es perspectives économiques sont positives, mais avec des pressions inflationnistes persistantes, a indiqué le gouverneur de la Banque du Ghana (BoG), Ernest Addison.

Nigeria-Agriculture

Le ministre de l'Agriculture et du développement rural, Sabo Nanono, a déclaré que le gouvernement fédéral allait contracter un prêt de 1 milliard de dollars auprès de la Deutsche Bank (DB), la Banque brésilienne de développement (BNDES) et la Banque islamique de développement. (BID) pour faciliter la mécanisation agricole des agriculteurs au Nigeria.

"Avec ces fonds, le pays devrait acheter 10 000 unités de tracteurs, 50 000 unités d'instruments et d'équipements assortis pour l'assemblage au Nigeria", a-t-il affirmé.

Les prêts seront accordés au taux de 3% et seront remboursés sur une période de 15 ans, a-t-il souligné.

RDC: En programme avec le Fonds monétaire international (FMI), la République démocratique du Congo (RDC) a accepté de remplir huit critères structurels entre janvier et mai 2020. Ce programme dit de référence a été assorti d'une facilité de crédit rapide du FMI en faveur de la RDC de 368,4 millions USD, libéré en décembre 2019, en vue de renforcer les réserves internationales de la Banque centrale du Congo.

Pour bénéficier de ce programme de référence assorti d’une facilité de crédit rapide, la RDC a satisfait préalablement notamment à deux critères du FMI. Il s’agit, d’une part, de l’augmentation des réserves internationales par le transfert dans les comptes ad hoc de 160 millions de dollars provenant des dépôts en devises des banques commerciales et d’autre part, de la réalisation de l’excédent budgétaire de 122 milliards de francs congolais (FC) contre un niveau programmé de 94 milliards de FC en novembre 2019.

Cependant, pour aboutir avec succès à la mise en œuvre du Programme de référence, la RDC devra réaliser huit « repères structurels » convenus avec le FMI dans un chronogramme bien précis. La plupart de ces critères dits structurels devraient être déjà remplis au cours du mois de janvier 2020. 

Gabon-agriculture

Le Gabon vient d'adopter une ordonnance visant à dote le pays d'une politique semencière végétale.

Adoptée en conseil des ministres présidé vendredi dernier par le président gabonais Ali Bongo Ondimba, l'ordonnance arrime le pays aux normes édictées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Pour les autorités gabonaises, il est question de mettre en place une politique semencière végétale durable pour amener le Gabon à atteindre l’auto suffisance alimentaire. Ce texte est également conforme vis-à-vis de la politique semencière en vigueur au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Niger-économie-BAD

Le rapport sur les perspectives économiques en Afrique de la Banque africaine de développement (BAD) affiche une amélioration de l'activité économique du Niger au cours de l'année 2019, traduite par une croissance au PIB de 6,4 %.

Cette embellie a été rendue possible par les investissements dans les infrastructures, les industries extractives et les services, ainsi que par les réformes structurelles, notamment les actions visant à développer le secteur privé et à renforcer la résilience de l’agriculture, rapportent lundi des médias.

L’institution financière note que le pays a enregistré une croissance du PIB (produit intérieur brut) réel de 6 % en moyenne sur la période 2016–2018.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador