MAP - Publié le Mercredi 11 Mars 2020 à 11:09

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 11/03/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 11 mars :


Sénégal-Economie

L'économie sénégalaise pourrait potentiellement faire face à une hausse de 20 % du prix du baril de pétrole si les pouvoirs publics consentaient à réduire de 50 % l'impôt sur les activités du raffinage ou à baisser de 40 % les taxes à l’importation des produits pétroliers, a indiqué une étude de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

L’étude intitulée '’La résilience de l’économie sénégalaise : Quelles politiques publiques en réponses aux chocs exogènes ?’’, réalisée en décembre et récemment mise en ligne sur le site de la structure, a permis d’identifier les principaux risques pesant traditionnellement sur les performances économiques du Sénégal et de proposer des solutions de politiques économiques pour y faire face.

Gabon-pétrole

La compagnie pétrolière BW Energy vient d'annoncer l'entame de la production pétrolière sur le champ offshore Tortue Phase 2, situé dans le permis de Dussafu Marin est localisé dans le sud-est du Gabon, au large de nos côtes, rapporte l'agence Ecofin.

"La phase 2 de Tortue permettra une augmentation substantielle de la production cette année, et nous sommes heureux d'avoir réalisé cette phase plus tôt que prévu. Après l’achèvement de la phase 2 de Tortue, nous chercherons à débloquer des réserves supplémentaires, grâce à un nouveau puits d’exploration dans la licence de Dussafu, où nous avons eu jusqu’à présent un taux de réussite d’exploration de 100 %", a indiqué Carl K. Arnet, P-DG de BW Energy.

Côte d'Ivoire-PME

La Chambre de commerce européenne en Côte d'Ivoire (EUROCHAM) exécute pour une durée de cinq ans un projet de mise à niveau des petites et moyennes entreprises (PME) ivoiriennes gratuitement aux normes internationales de gouvernance d’entreprises dénommé «africain certification of corporate governance (ACCG).

Financé par l’entreprise Siemens, dans le cadre de son programme « Siemens Integrity Initiative » à hauteur de 800 000$ sur 5 ans, ce projet permettra d’accompagner 100 PME vers de meilleurs standards de gouvernance afin d’accroître leur développement et leur rentabilité.

Recevant les médias lundi pour expliquer ce programme, la cheffe du projet Emilie Griffiths a précisé que les PME sélectionnées bénéficieront de formations et de coaching individuels ou collectifs sur le thème de la gouvernance qui leur permettra de mieux se structurer afin de gagner en efficacité.

Elle a ajouté que plusieurs thématiques seront abordées dont la solitude du dirigeant de PME, la planification stratégique, la gestion et l’anticipation des risques et l’éthique et valeurs dans l’entreprise.

Côte d'Ivoire-UE-coopération

L’ambassadeur de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire, Jobst Von Kirchmann, a annoncé, mardi à Abidjan, un appui financier de trois milliards F CFA, près de 4,6 millions d'euros, du bloc européen pour soutenir le processus électoral en Côte d’Ivoire.

Le budget de l’Etat ivoirien prévu pour les futures échéances électorales ivoiriennes s’élève à 75 milliards FCFA en 2020 et 12,9 milliards FCFA en 2021, soit un total de 87, 9 milliards F CFA, rappelle-t-on. 

Ghana-Irrigation

Le gouvernement ghanéen est en train de développer un projet d'irrigation de la rive gauche de Kpong dans le cadre du Ghana Commercial Agriculture Project (GCAP) du ministère de l’Alimentation et de l’agriculture.

D’un coût de 35 millions de dollars, entièrement financé par la Banque mondiale ce système entièrement automatisé assurera le paiement des agriculteurs de l’eau utilisé pour l’irrigation des exploitations.

Plus précisément, ce projet, qui doit s’étendre sur 2 000 hectares de terres, assurera la gestion de l’eau utilisée par plus de 1 000 agriculteurs qui produisent du riz, du maïs et des légumes à des fins commerciales, et permettra de réduire le taux d’importation du pays.

Nigeria-Gaz

Au Nigeria, une pénurie en gaz affecte depuis samedi dernier les centrales fonctionnelles du pays, réduisant la production électrique à 3 675 MW.

Cette réduction de la production électrique se poursuivra sur les 10 jours que dureront les travaux de maintenance des pipelines de gaz.

« Le secteur énergétique national fait face actuellement à un déficit à cause de la fourniture réduite de gaz qui a restreint la capacité des centrales thermiques du pays à produire de l’électricité », a affirmé dans un communiqué, Ndidi Mbah, le porte-parole de la Transmission Company of Nigeria (TCN).

4 compagnies de production électrique (GenCos) sur les 16 actives dans le pays n’ont pas pu produire de l’énergie depuis le vendredi, faute de fourniture de gaz. Les 12 autres ont été alimentées, mais dans une quantité moindre qu’habituellement, ce qui les a obligés à fonctionner en sous-régime.

Togo-Agriculture

Le Conseil Interprofessionnel de la Filière Anacarde du Togo (CIFAT) a dévoilé en fin de semaine dernière, le volume de noix de cajou brut qu’il met sur le marché, au titre de la campagne 2020. Soit 25 000 t, au prix bord champ de 325 F le kg, selon le président du conseil d’administration de la faîtière.

Sur la période 2017 - 2019, rappelle le N°1 du CIFAT, la production de l’anacarde est passée de 15 000 t à 22 000 t, soit une progression d’environ 47 %. Avec l’évolution notée de 22 000 à 25 000 t sur la campagne 2019-2020, c’est une croissance d’environ 14% qui est enregistrée. Ce qui dénote, selon Komla Mawuko Gozan, de la bonne santé de la filière au Togo.

Kenya-agriculture-chômage

Le chômage a fortement augmenté alors que les exportations agricoles ont baissé, ramenant la projection de croissance globale du Kenya pour 2019 à 5,6% contre 6,2%, selon le ministère des finances.

À cela s'ajoute la diminution de l'accès au crédit pour les entreprises, l'augmentation de l'inflation et les objectifs de recettes manqués par le fisc, ce qui indique clairement que les entreprises ne génèrent pas suffisamment.

Dans le cadre de la déclaration de politique budgétaire, le ministre des finances, Ukur Yatani, a déclaré que le principal contributeur au ralentissement de la croissance économique en 2019 était la mauvaise performance du secteur agricole en raison de la baisse de la production et de la vente de la plupart des principales cultures de rente.

RDC-entreprises

L’institution engagée dans le financement des entrepreneurs et des PME en République Démocratique du Congo, Advans Banque RDC, a procédé mardi à la signature d’une convention de 3 millions de dollars avec Proparco, une filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) qui participe à la promotion de la coopération économique.

Convaincu que le secteur privé est un acteur fondamental de résilience dans les pays à faible revenu, la Proparco a accordé une ligne de crédit de 3 millions de dollars à Advans Banque RDC.

La ligne de crédit octroyée par Proparco permettra d'accompagner des clients dans leur dynamique de croissance. Environ 2 500 personnes ou micro entreprises auront accès à des produits et des services de micro finance.

Bénin-commerce

Le gouvernement béninois vient d'annoncer l'adhésion du pays au programme de "ponts de commerce arabo-africains" de la Société internationale islamique de financement du commerce, membre du groupe de la Banque islamique de développement.

Ce programme est une initiative destinée à renforcer la coopération économique et commerciale entre les pays arabes et africains, afin d'exploiter au mieux leurs échanges en termes de flux d'exportation, rapportent des médias. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador