MAP - Publié le Vendredi 13 Mars 2020 à 12:04

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 13/03/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 13 mars :


Sénégal-Fiscalité

Trente-cinq pour cent des titres d'exonération fiscale au Sénégal sont détournés par les entreprises vers d’autres objectifs, a déclaré jeudi le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo.

M. Diallo a fait cette révélation en marge de la cérémonie de lancement du programme '’Yaatal’’, une initiative de la Direction générale des impôts et domaines (DGID), pour relever les défis de l’élargissement de l’assiette fiscale et de la maîtrise de l’assiette foncière.

Sénégal-Gambie-Coopération

Le Sénégal et la Gambie ont signé jeudi à Dakar des accords de coopération dans les domaines de la justice, du commerce, de l’industrie et de la sécurité.

Ces conventions ont été signées par les deux parties en présence des présidents sénégalais Macky Sall et gambien Adama Barrow, dans le cadre de la deuxième session du conseil présidentiel des deux pays.

Côte d'Ivoire-finances-numérique

En Côte d'Ivoire, les autorités annoncent le projet d'interopérabilité des services financiers numériques. Il s'agira à terme de permettre aux citoyens d'effectuer des transactions à partir de leur mobile vers n'importe lequel des opérateurs de services financiers numériques, le secteur étant jusque-là compartimenté par les acteurs de la téléphonie mobile.

Cette ambition entre dans le cadre de la politique nationale de l'inclusion financière par lequel le gouvernement ivoirien prévoit désormais digitaliser 80% de ses flux financiers.

Aussi, note le gouvernement, " l'accès et l'exploitation des Données de Services Supplémentaires non Structurées (code USSD en anglais) des opérateurs de téléphonie mobile seront ouverts aux autres acteurs du secteur financier en vue de réduire les coûts des services qui y sont liés ".

Côte d'Ivoire-BAD

La Banque africaine de développement (BAD) a consacré 36% de ses approbations en 2019, soit 3,6 milliards de dollars, au financement du changement climatique, dont plus de la moitié dédiée à l'adaptation des pays africains à ce phénomène.

Après la 21ème Conférence des parties sur le changement climatique (COP 21), organisée par les Nations unies en décembre 2015 à Paris, la BAD s'est dotée d’un Plan d’action pour le climat pour la période 2016-2020, donnant une place centrale au renforcement de la résilience climatique, indique la Banque panafricaine dans un communiqué.

"Un des principaux objectifs du Plan d’action était de nous assurer qu’une partie importante des investissements de la Banque soit allouée à la lutte contre le changement climatique. Le pari a été tenu : nous étions à 9% des approbations de la Banque affectées à cette question en 2016. Nous sommes passés à 28% en 2017, 32% en 2018 puis à 36% en 2019", selon Al-Hamdou Dorsouma, directeur de la division du changement climatique et de la croissance verte à la BAD. +++++

Kenya: Kenya Airways (KQ) a suspendu jeudi ses vols sur sa liaison Rome-Genève en réponse à l'évolution de la situation du coronavirus.

Dans un communiqué, le transporteur national kényan a déclaré que la suspension était effective du 13 mars au 30 avril.

"Nous réorganiserons les clients sur des vols alternatifs, offrirons un remboursement complet à ceux qui souhaitent annuler leur voyage ou renoncerons aux frais de réservation pour ceux qui souhaitent reprogrammer leurs vols", a indiqué la compagnie, assurant qu'elle continuerait à exploiter ses autres vols, parfois avec des ajustements.

Cameroun-Beac-endettement

La Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) a appelé les autorités camerounaises à «faire attention à une accumulation de la dette et à la vitesse d’endettement, du fait de son incidence négative immédiate» sur l’économie nationale et la sous-régionale de l’Afrique centrale.

Dans une étude publiée mardi, intitulée «Impact de la dynamique de la dette sur la croissance économique et l’inflation : cas du Cameroun», et relayée par la presse, les auteurs estiment que la dette atteindra dans le long terme plus de 10% de la variation du taux d’inflation et plus de 20% de la variation du taux de croissance du PIB.

Toutefois, précisent-ils, la dette publique du Cameroun n’a pas d’effet ni sur l’inflation ni sur la croissance à court terme.

RDC:

Le gouvernement a organisé mercredi un atelier sur la sous-traitance dans le secteur privé, en vue de trouver un entendement commun entre toutes les parties prenantes.

La Fédération des entreprises du Congo (FEC), les industriels miniers, la Confédération des petites et moyennes entreprises du Congo, la Fédération nationale des artisans, Petites et moyennes entreprises du Congo, ainsi que d'autres experts de la société civile ont pris pas à cette rencontre.

L'objectif du gouvernement est de permettre aux sociétés Congolaises à capitaux majoritairement Congolais de travailler avec les entreprises dites principales qui oeuvrent dans le secteur extractif, les mines et le pétrole. D'autant que jusque-là, les firmes étrangères qui opèrent dans ce secteur ne sous-traitent qu'avec leurs propres filiales

Ghana-Industrie

L'ECG, la compagnie électrique nationale du Ghana, a instruit ses stations électriques pour qu’elles acquièrent uniquement des câbles fabriqués dans le pays.

Selon Kwame Agyeman-Budu, le directeur exécutif de la compagnie, cette politique a été établie après le constat que les câbles étaient importés notamment depuis la Chine.

Cette nouvelle politique affirme-t-il, permettra de créer plus d’emplois dans le pays tout en encourageant l’industrie locale de fabrication desdits câbles. Au cours des années écoulées, certains fabricants dépassés par la concurrence extérieure, s’étaient mis à proposer des câbles importés.

Nigeria-Monnaie

Secoué de plein fouet par la chute des prix du pétrole et le coronavirus, la monnaie nigériane (naira) sombre dans la dépression.

Ainsi, depuis l’apparition du virus pour la première fois en Chine à la fin de l’année dernière, le naira s’est affaibli de 1,3% sur le marché au comptant à 366,63 pour un dollar américain. La baisse de la devise s’est accélérée en février, lorsque les réserves ont chuté de plus de 4,5% pour atteindre 36,1 milliards de dollars.

L’indice boursier du Nigeria (Bourse de Lagos) a chuté de 1,8% jeudi, portant sa baisse au cours des cinq derniers jours à plus de 12%.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador