MAP - Publié le Lundi 16 Décembre 2019 à 11:17

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 16/12/2019


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du lundi 16 décembre :


Sénégal-Economie-Commerce

Plus de 197 entreprises, exposants et visiteurs professionnels, ont participé aux rencontres B to B organisées à l'occasion de la 28ème édition de la Foire internationale de Dakar (FIDAK), a-t-on indiqué auprès des organisateurs.

"Dès le départ, nous avions eu une liste de 197 entreprises qui devaient participer à ces rencontres, mais au fil des jours, le chiffre a augmenté grâce aux professionnels venus à la dernière minute", a déclaré la cheffe du service administratif du Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), Ramatoulaye Samba Gaye, citée par l’agence de presse sénégalaise APS. 

Côte d'Ivoire-banques

Malgré un contexte globalement difficile marqué notamment par l'affaire SAF-Cacao, le secteur bancaire ivoirien a su se montrer résilient en réalisant un profit de 152,88 milliards FCFA en 2018. Par rapport à l'année 2017, ce bénéfice généré par l'ensemble des banques ivoiriennes enregistre une progression de 30,42%.

Cette embellie est en grande partie tirée par les performances des 6 banques ivoiriennes cotées à la Bourse régionale des valeurs mobilières dont le résultat net cumulé s'élève à 119,44 milliards FCFA, soit 78,12% du bénéfice global généré par le secteur.

A contrario et à l'exception de Versus Bank dont les comptes se trouvent encore dans le vert (1,67 milliards FCFA de résultat net en 2018), les deux autres banques publiques ivoiriennes (BNI et CNCE) sont en très grande difficulté.

Globalement, ces établissements de crédit à capitaux publics sont à la traine et affichent une perte cumulée de 21,82 milliards FCFA en 2018.

Côte d'Ivoire-pharmaceutique

La Côte d'Ivoire et le groupe pharmaceutique suisse Roche ont renouvelé vendredi un accord de partenariat sur cinq ans pour la fourniture à prix réduits de médicaments contre des maladies graves, notamment le cancer.

"Ce nouveau partenariat permettra à tous les patients ivoiriens atteints de cancer, d'hépatite B, d'anémie rénale chronique et d'hémophilie A d'avoir un accès gratuit et illimité aux médicaments Roche", selon le communiqué de presse du groupe, un des leaders mondiaux de la pharmacie et des biotechnologies.

L'accord, signé à Abidjan par le ministre ivoirien de la Santé Aka Aouélé et le président du conseil d'administration de Roche Christoph Franz, stipule que l'entreprise fournira pour 86 milliards de francs CFA (130 millions d'euros) sur cinq ans de médicaments, mais aussi de matériel de diagnostic et d'aide à la formation, l'Etat ivoirien ne payant que 20 milliards de FCFA sur cette somme. 

Côte d'Ivoire-dette

Un montant de 771 milliards FCFA a été payé au secteur privé ivoirien en terme de dette intérieure aux fournisseurs depuis le début de l'année jusqu’à ce jour, a annoncé vendredi à Abidjan, le ministre ivoirien de l'économie et des finances, Adama Coulibaly.

Le ministre s'exprimait dans un discours d'ouverture d'une réunion du Comité technique de concertation État-secteur privé qui a réuni des membres du gouvernement et des organisations patronales.

«Le premier sujet portait sur les questions de dettes. Le secteur privé a émis le vœu de voir la question de la dette intérieure traitée avec beaucoup de diligence. Nous leur avons indiqué que beaucoup d'efforts ont été faits en rappelant que depuis le début de l'année jusqu'à maintenant il y a un montant de 771 milliards FCFA qui a été payé au secteur privé en terme de dette intérieure», a expliqué M. Coulibaly à la presse au terme de cette rencontre.

Kenya-Economie

La Kenya Revenue Authority a proposé de nouvelles règles à suivre par les importateurs de marchandises consolidées dans le cadre des efforts visant à répondre aux exigences fiscales.

Les autorités ont déclaré que cette décision visait à répondre aux plaintes de certains importateurs qui faisaient appel à des courtiers agissant comme consolidateurs dans divers pays étrangers.

Dans un communiqué, le fisc a déclaré qu'une équipe multi-agences de la Kenya Revenue Authority, du Kenya Bureau of Standards et de la Kenya Ports Authority a rendu obligatoire l'enregistrement de tout groupeur au Kenya.

La déclaration signée par le commissaire général Githii Mburu indique que tous les consolidateurs doivent également avoir un magasin physique ou un bureau d'où ils opèrent. +++++

Rwanda-Agriculture 

L'agriculture rwandaise a enregistré une croissance de 8% au troisième trimestre 2019 comparativement à la même période un an auparavant, selon des statistiques publiées par l'Institut national de la statistique du Rwanda (NISR).

« Ce résultat est dû à la progression soutenue des cultures vivrières, des cultures d'exportation et du thé qui ont enregistré une croissance respective de 5%, 22% et 29% », explique NISR dans un communiqué.

RD Congo-énergie-électricité

Après la promulgation de la loi consacrant la libéralisation du secteur de l’électricité, plusieurs opérateurs privés ont manifesté leur intérêt pour le secteur de l’énergie de la République démocratique du Congo. Certains d’entre eux développent déjà des projets probants, notamment Sycohydro qui construit la centrale hydroélectrique de Busanga, d’une capacité de 240 mégawatts dans la province du Lualaba, et GEA Solar RDC, qui développe la centrale photovoltaïque de Kolwezi avec 500 mégawatts.

A l’instar des projets Sombwe de 200 mégawatts et Tembo Power de 70 mégawatts dans le Grand Katanga ainsi que Great Lakes Energy à Kinsuka, à Kinshasa, de 900 mégawatts, d’autres opérateurs privés doivent "s’investir, dans le cadre des Partenariats Publics Privés (PPP), dans ce secteur économique libéralisé" afin d’"accroître la desserte en électricité", a plaidé le président congolais Félix Tshisekedi. 

Dans un message devant le parlement, M.Tshisekedi affirme avoir encouragé le gouvernement congolais à parachever la réforme du secteur de l’électricité par la prise des mesures d’application de la loi du 17 juin 2014.

Bénin-BM-coopération

La Banque mondiale a décidé d'octroyer un financement de 100 millions de dollars en faveur du Bénin, afin de renforcer notamment la gestion des finances publiques.

Ce financement a pour objectif d'appuyer les efforts déployés par le gouvernement béninois pour renforcer la gestion des finances publiques et de la dette, améliorer la viabilité financière du secteur de l'énergie et favoriser le développement de l'économie numérique, selon un communiqué de l'institution relayé par des médias.

Il s'agit de la première de deux opérations destinées à soutenir les efforts engagés par les pouvoirs publics pour promouvoir une croissance plus rapide et durable au cours de la période 2019-2021. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador