MAP - Publié le Lundi 17 Février 2020 à 13:27

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 17/02/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du lundi 17 février :


Sénégal-USA-Economie

Le ministre sénégalais de l'Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, a émis dimanche à Dakar, le souhait de voir des entreprises américaines délocaliser certaines de leurs activités au Sénégal.

'’Ce que nous avons discuté avec le secrétaire d’Etat américain, c’est de pousser les entreprises américaines qui produisent dans d’autres pays de se délocaliser au Sénégal, de produire à partir du Sénégal, de servir le marché sénégalais et l’exportation dans la sous-région et le reste du monde’’, a dit M. Hott qui co-présidait avec le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, une cérémonie de signature de cinq accords de partenariat de groupes américains avec des structures publiques sénégalaises.

Côte d'Ivoire-BAD-technologie

La Banque africaine de développement (BAD) organise un atelier traitant des immenses possibilités offertes par les technologies émergentes de la quatrième révolution industrielle (4IR) pour faire face aux défis auxquels sont confrontés les Africains, rapporte un communiqué publié vendredi.

L'atelier sur l’économie numérique et la quatrième révolution industrielle en Afrique est initié par le Département du développement industriel et commercial et le Service informatique de la Banque. Il se tiendra les 19 et 20 février à l’auditorium Babacar N’diaye, au siège de la Banque africaine de développement, à Abidjan.

Cet atelier fait suite à la récente publication du rapport « Libérer le potentiel de la quatrième révolution industrielle en Afrique » par le Département du développement industriel et commercial de la Banque africaine de développement. Ce rapport examine les aspects relatifs à cette quatrième révolution industrielle et fait l’analyse de cas sur ces technologies particulières en Afrique (intelligence artificielle, blockchain, big data, internet des objets, drones…).

BAD-BM-dette

La Banque africaine de développement (BAD) a réfuté les propos du président de la Banque mondiale, David Malpass, relayés dans des articles de presse, selon lesquels "certaines banques multilatérales de développement, dont la BAD, ont tendance à octroyer trop facilement des prêts et, ce faisant, à aggraver les problèmes d’endettement du continent".

"Ces propos sont inexacts et ne sont pas fondés sur des faits. Ils mettent en cause l’intégrité de la BAD, discréditent ses systèmes de gouvernance et insinuent à tort qu’elle fonctionne selon des normes différentes de celles de la Banque mondiale. Une telle idée va à l’encontre de l’esprit du multilatéralisme et de notre travail de collaboration", indique la BAD dans un communiqué.

La BAD est respectueuse de normes mondiales très élevées de transparence, affirme le communiqué, rappelant que dans le rapport de 2018 de Publish What You Fund, l’institution a été classée 4e institution la plus transparente au monde.

Côte d'Ivoire-infrstructures-financement

Le déficit de financement d’infrastructures en Côte d’Ivoire jusqu’en 2040 est estimé à 50 milliards de dollars US, soit environ 30.150 milliards Francs CFA, selon le rapport de diagnostic-pays de la Banque africaine de développement (BAD) sur le financement à long terme (LTF) pour la Côte d’Ivoire.

Ce rapport a été élaboré par la BAD en collaboration avec la Financial Sector Deepening Initiative in Africa (FDS Africa) et la Coopération allemande (GIZ). Outre les infrastructures, il porte sur le financement du logement et des entreprises en Côte d’Ivoire.

Le déficit de financement pour les infrastructures hydrauliques et dans l’électricité est le plus important, indique la BAD, ajoutant que des besoins notables existent aussi dans le secteur des routes, du chemin de fer, des aéroports, des ports et télécommunications.

Au niveau du financement du logement, le rapport estime que la demande non satisfaite de logements est à la fois importante et en nette augmentation du fait de la croissance démographique, de l’urbanisation et de la réduction de la taille moyenne des ménages. 

Ghana-Fiscalité

Le Ghana a mobilisé 43,9 milliards de cedis (environ 8,1 milliards de dollars) de recettes fiscales sur un objectif initial de 42,08 milliards de cedis (environ 7,7 milliards de dollars), selon l'Autorité fiscale du Ghana (GRA).

La mobilisation des recettes fiscales a été portée par une hausse du niveau de collecte de la TVA, ainsi qu’une hausse de l’augmentation de la taxe sur les services de communication, précise la GRA.

Nigeria-BC

La Banque centrale du Nigeria (BCN) a levé récemment les restrictions d’accès aux devises étrangères de 6 entreprises laitières. D’après l’institution, cette décision devrait permettre aux compagnies d’importer la matière première, dont elles ont besoin pour poursuivre leurs activités de fabrication de produits laitiers.

Pour rappel, la BCN avait ordonné en août dernier aux banques commerciales d’arrêter de fournir du crédit aux importateurs de produits laitiers.

La mesure avait pour objectif de stimuler la production locale et de réduire la facture annuelle liée aux importations et actuellement comprise entre 1,2 et 1,5 milliard de dollars.

Tanzanie-Infrastructures-SGR

La première phase de construction du chemin de fer à voie normale (SGR) long de 300 km, entre Dar es Salaam et Morogoro, sera livrée d'ici deux mois, a annoncé Masanja Kadogosa, directeur général de la Tanzania Railways Corporation (TRC).

« La première phase est presque terminée (…) les travaux de construction sont achevés à 72 % », a-t- il déclaré lors d’un point de presse, précisant que cette section sera livrée courant avril de cette année. 

Cette section SGR, , dont le coût des travaux est évalué à 1,9 milliard de dollars comprend six stations principales, dont celles de Dar es Salaam et de Morogoro seront les plus grandes. Les quatre autres étant Pugu, Soga, Ruvu et Ngerengere.

Kenya: 

Au Kenya, les prêteurs mobiles ont été exhortés à accroître l'accès au crédit pour le secteur informel, les experts affirmant qu'une telle décision des fournisseurs existants contribuerait grandement à soutenir des moyens de subsistance insuffisamment desservis.

"Les statistiques révèlent que le secteur informel est encore mal desservi par les banques, mais il faut une inclusion financière pour activer le secteur informel et soutenir les moyens de subsistance de millions de Kényans", a déclaré George Abwajo, économiste et directeur général de GulfHub.

Cité par le journal "The Star", l'économiste estime que ces personnes, considérées comme à haut risque et à faible revenu, ont un rôle crucial à jouer dans l'économie du pays.

RDC

L’année 2020 semble se confirmer comme celle des actions en République démocratique du Congo (RDC). Le pays est entrain d’arracher de gros investissements, et la population pourra pousser un ouf de soulagement. 

La preuve: le projet Kamoa-Kakula, dans le Lualaba au Sud-est du pays. Il sera dans 10 ans la deuxième plus grande mine de cuivre au monde, après les mines du Chili et du Pérou.

Cette mine entrera en production dès l’année prochaine (2021), selon Louis Watum, administrateur directeur des opérations de Ivanhoe Mines RDC, multinationale canadienne copropriétaire et gestionnaire de ce méga projet cuprifère.

Gabon-pétrole-contrats

Les ministres du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines, Vincent de Paul Massassa, et de l'Économie, Jean Marie Ogandaga, ont signé, vendredi, trois contrats d’exploration et de partage de production (CEPP) entre l’État gabonais et la compagnie pétrolière Perenco Exploration SA.

Fruits de négociations entre l’Etat gabonais et la société Perenco Exploration Gabon SA dans le cadre de consultations directes, conformément aux dispositions du nouveau code des hydrocarbures, la société qui souhaite investir 90 millions de dollars dispose d’une période d’exploration de huit ans.

Ces trois blocs d’exploration couvrent une superficie totale de 5 161 km2 du sous Bassin Nord précisément dans l’Ogooué Maritime (ouest).





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador