MAP - Publié le Vendredi 31 Janvier 2020 à 11:17

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 31/01/2020


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 31 janvier :


Sénégal-Industrie

En décembre 2019, les prix de production industrielle au Sénégal ont connu une hausse de 0, 3 % en comparaison de leur niveau du mois précédent, a-t-on appris de l'Agence nationale de la statistique et de la démographie.

Cette évolution est en lien notamment avec la hausse des coûts dans les industries de matériaux de construction (+5, 1 %), textiles et cuir (+2, 7 %), alimentaire (+0, 7 %) et chimiques (+0, 2 %), rapporte l'ANSD dans son rapport dédié à l’Indice des prix de production industrielle (IPPI).

Sénégal-Italie-Coopération

Le Sénégal et l’Italie ont signé, jeudi à Dakar, quatre accords de financement pour un montant total de 15,5 millions d’euros en vue de la mise en place de programmes dans les domaines de l’Agriculture, de l’éducation, de l’équité et de l’égalité de genre, rapporte l’agence de presse sénégalaise APS.

Sénégal-Mali-Transport

L’Union des routiers du Sénégal (URS) et le Syndicat national des conducteurs routiers du Mali (SYNACOR) comptent aller en grève à partir du 9 février à minuit, si le préavis qu’ils ont cosigné et déposé depuis le 7 janvier 2020, n’est pas examiné par les gouvernements des deux pays.

’’Nous avons demandé la collaboration de tous les syndicats et organisations de transport pour qu’on puisse aller en grève, (pour) matérialiser notre revendication qui est sur la table des gouvernements du Sénégal et du Mali’’, a dit Gora Khouma à des journalistes qu’il rencontrait à Thiès.

M. Khouma, secrétaire général de l’URS et vice-président de la Confédération des syndicats des conducteurs routiers de l’Afrique de l’Ouest (CSCRAO), relève que le mot d’ordre de grève sera '’illimité’’, à partir du 10 février, si rien n’est fait.

BAD-Maroc

La croissance du PIB réel au Maroc devrait s'établir à 3,7 % en 2020 et à 3,9 % à partir de 2021, prévoit la Banque africaine de développement (BAD).

"Les perspectives économiques à moyen terme au Maroc restent favorables et la croissance du PIB réel devrait rebondir à 3,7 % en 2020 et à 3,9 % à partir de 2021", indique la BAD dans son rapport annuel sur "les perspectives économiques en Afrique", présenté jeudi au siège de la Banque à Abidjan.

Par ailleurs, la Banque indique que depuis 2013, l'élan de diversification des exportations dans les chaines de valeur des métiers mondiaux s'est consolidé (+13 % pour l'automobile, 8,2 % pour l'agroalimentaire, +10,1 % pour l'aéronautique et +6 % pour l'électronique).

BAD-Afrique

La croissance économique en Afrique s'est maintenue à 3,4 % en 2019 et devrait s'accélérer à 3,9 % en 2020 et 4,1 % en 2021, a indiqué la Banque africaine de développement (BAD), soulignant que cela représenterait une baisse par rapport aux performances plus élevées du passé.

Les déterminants fondamentaux de la croissance s’améliorent également avec un déplacement progressif de la consommation privée vers les investissements et les exportations, indique la BAD dans= son rapport annuel sur "les perspectives économiques en Afrique", présenté jeudi au siège de la Banque à Abidjan.

Tanzanie-Mines-Or

Les ressources minérales du projet aurifère Singida dans le centre de la Tanzanie ont augmenté pour atteindre 919.000 onces à une teneur de 2,25 g/t, a annoncé jeudi, Shanta Gold, la compagnie active sur le projet, précisant que cela représente une hausse de 27 % par rapport à l'estimation précédente de 725.000 onces.

Les ressources minérales classées dans les catégories « mesurée » et « indiquée » totalisent 412.000 onces avec une teneur en or estimée à 2,63 g/t, soit une hausse de 26 %, a indiqué la compagnie dans un communiqué, ajoutant que les ressources minérales inférées ont connu une hausse de 23 % pour s’établir à 507.000 onces titrant 2,01 g/t d’or.

« Avec des teneurs de ressources mesurées et indiquées nettement améliorées de 2,63 g/t, nous nous attendons à ce que la mine à ciel ouvert soit une exploitation rentable pour un investissement modeste », a commenté Eric Zurrin, PDG de Shanta.

Kenya-infrastructures 

Les travaux ont repris sur le site du barrage d'irrigation de Thiba dans le comté de Kirinyaga au centre du Kenya. Cette reprise intervient après le déblocage par l’État de 600 millions de shillings kenyans, soit 6 millions de dollars consacrés à ce projet.

L’entreprise allemande Strabag International avait décidé de suspendre les travaux de ce futur barrage d’irrigation en octobre 2019, à cause d’un défaut de paiement du gouvernement central kenyan. Le problème est en partie réglé grâce au déblocage par Nairobi de 600 millions de shillings (près de 6 millions de dollars).

«Nous nous attendions à recevoir 2 milliards de shillings (19,7 millions de dollars) mais le gouvernement ne nous a donné que 600 millions de shillings, ce qui n’est pas suffisant pour achever le projet », explique James Karanja, l’un des responsables de Strabag International au Kenya.

Ghana-Cacao

Les arrivées de cacao pour la campagne 2019/2020, démarrée le 1er octobre, du Ghana sont en hausse par rapport à 2018/2019.

Selon le Conseil ghanéen du cacao (Cocobodà, les arrivées de cacao classé et scellé (G&S) ont atteint 596 000 tonnes au 16 janvier contre 591 000 tonnes sur la même période en 2018/19.

La production de cacao en 2019/20 est attendue à 850 000 tonnes, selon les prévisions du Cocobod.

Nigeria-Riziculture

Le Nigéria envisage de commencer à exporter du riz produit localement au cours des deux prochaines années, a affirmé le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Sabo Nanono.

"La performance réalisée par la filière s’explique par la fermeture des frontières terrestres du pays, une mesure qui a entraîné une augmentation de la production de nombreuses rizeries nationales qui fonctionnaient au-dessous de leur capacité avant la fermeture", a indiqué M. Nanono.

"La fermeture des frontières a permis de mettre fin à la prévalence du riz étranger dans le pays et a conduit à une augmentation de la production rizicole locale de nombreuses usines du Nigeria", a expliqué le responsable, notant que l’action du gouvernement a contribué à accroitre la production locale de riz, accroitre le financement des banques du secteur agricole, créer une nouvelle génération d’agriculteurs et créer de nombreux emplois.

Togo-Finance

Le Togo représentait seulement 3,06% des émissions, en termes de transaction par monnaie électronique au sein de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) à fin juin 2019, selon la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (Bceao).

Pour un ensemble de transactions établies dans l’Union, respectivement à 156,12 milliards francs CFA au premier trimestre (en hausse annuelle de 29,50%), et à 143,58 milliards de francs CFA au deuxième trimestre.

Si, en proportion, le pays vient tout de même devant la Guinée-Bissau (0,99% des émissions) et le Niger (0,54%), il vient juste derrière son voisin le Bénin (3,07% des envois) et le Sénégal (3,95%). De son côté, le Burkina Faso et le Mali totalisent respectivement 11,66% et 15,14% des émissions de fonds électroniques au sein de l’espace communautaire. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador