MAP - Publié le Vendredi 20 Novembre 2020 à 12:21

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du vendredi 20 novembre :


CEMAC : La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) vient d'annoncer avoir levé 3,8 milliards d’euros (2492,8 milliards de francs) de fonds pour financer onze projets d’intégration régionale, à mettre en œuvre entre 2021 et 2025 dans les six pays de la sous-région.

Le montant total des financements annoncés ou mobilisés s’élève à environ 3,8 milliards d’euros, bien au-delà des montants recherchés. Le financement de huit projets sur les onze est entièrement bouclé, a indiqué le secrétaire permanent du Programme de réformes économiques et financières de la Cemac (PREF-CEMAC), Michel-Cyr Djiena Wembou.

Kenya : Kenya Power, principal fournisseur d'électricité au Kenya, a admis qu'il est actuellement confronté à son plus grand défi alors que de plus en plus de Kényans passent à l'énergie solaire.

Dans son dernier rapport annuel, Kenya Power a révélé que la décision des industries d'adopter l'énergie solaire avait eu un impact sur ses résultats l'année dernière, les clients industriels représentant 54,8% de son chiffre d'affaires.

"La société a évolué dans un environnement difficile au cours de l'exercice sous revue, où la croissance de la demande à 3,7% est restée inférieure au niveau projeté de 5%", indique le rapport.

Madagascar : le déficit budgétaire de Madagascar s'élèvera cette année à 6,7% du Produit intérieur brut (PIB), indique une note de conjoncture de la Banque Centrale du pays.

Le solde global de la balance des paiements a également enregistré un déficit de 0,6% du PIB sur les trois premiers trimestres de cette année, précise la note. 

L'industrie extractive a été la plus affectée par la crise sanitaire actuelle. Les exportations de cobalt et de nickel ont respectivement baissé de 53,8% et de 57,6%. Les recettes liées au tourisme ont également été réduites à 0,9% du PIB contre 3,9% du PIB en 2019.

Djibouti : La faculté d'ingénieurs de l'Université de Djibouti a lancé mardi un programme de formation «C Blue» qui permettra aux étudiants d'améliorer leur connaissance et parfaire leur compétence dans le domaine de la gestion portuaire et de la logistique.

"Le C-Blue", dont le titre s'inspire de l'expression chinoise +façonner notre rêve bleu+, est un programme de formation au cours duquel vont intervenir par visioconférence les meilleurs experts issus de différents instituts et départements tels que le centre de recherche sur le développement du conseil d’État du ministère chinois des Transports et l’université de Tsinghua», rapporte l’agence djiboutienne ADI.

Zambie : Premier pays africain à être en défaut de paiement, la Zambie continue de voir sa monnaie locale (kwacha) dépréciée par rapport aux principales devises notamment le dollar.

Le Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque centrale de Zambie (BoZ,) s'est montré pessimiste quant à la dégringolade du Kwacha face au dollar américain. Le kwacha qui s’est déprécié, mercredi, de 0,15% à 20,94%, pourrait terminer l’année à près de 26 contre le billet vert.

Selon les statistiques du MPC, la monnaie zambienne s’est affaiblie de 32% par rapport au dollar cette année, ce qui en fait la moins performante de toutes les devises du continent. Quant à l’inflation, elle a dépassé la fourchette cible de la banque centrale de 6% à 8% pendant 18 mois consécutifs et s’est accélérée à 16% en octobre.

Ouganda : En Ouganda, la monnaie locale, le shilling ougandais (UGX), continue de gagner le pari de la stabilité, alors qu'on se rapproche des élections générales du 14 janvier 2021, dont la présidentielle est perçue par plusieurs observateurs comme étant à risque.

"Si ce schéma s'était répété, il est probable que l'UGX ait déjà franchi le niveau de 4000 pour 1 dollar. Au lieu de cela, à la fin de décembre 2019, le shilling ougandais se négociait à environ 3665/$ et ne s'est légèrement affaibli qu'à environ 3730 UGX/$ à la fin du mois d'octobre 2020", a fait remarquer dans une note d'analyse David Cowan, économiste en chef chez Citigroup.

A deux mois de l'élection présidentielle, le shilling affiche une progression de 1,4%. Cette solidité de la monnaie ougandaise surprend d'autant plus que la Banque centrale de ce pays, en raison de la covid-19, a baissé ses taux directeurs au niveau historiquement bas de 7%. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador