AFP - Publié le Jeudi 24 Octobre 2019 à 10:05

Francisco Franco: 36 ans de dictature


Madrid - Le général Francisco Franco, vainqueur de la guerre civile espagnole de 1936-1939, qui va être exhumé jeudi de son mausolée monumental, exerça pendant 36 ans une des plus longues dictatures d'Europe jusqu'à sa mort en 1975.


Né le 4 décembre 1892 à El Ferrol (Galice, nord-ouest), d'un père officier, il entre à 14 ans à l'Académie d'Infanterie de Tolède.

Sous-lieutenant dès 17 ans, "Franquito" -il doit son surnom à sa petite taille et sa voix fluette - demande à être envoyé au Maroc, où il se distingue pendant la guerre du Rif.

En 1923, il reçoit le commandement de la Légion, une unité d'élite copiée sur la Légion étrangère française et réputée pour sa brutalité. La même année, il épouse Carmen Polo.

"Son courage exemplaire et son insistance sur l'ordre et la discipline en firent un commandant efficace", a écrit l'historien américain Stanley Payne sur l'homme qui deviendra en 1926, à 33 ans, le plus jeune général d'Europe.

En 1934, il dirige depuis Madrid la répression d'une grève révolutionnaire des mineurs dans la région septentrionale des Asturies.

C'est un des principaux conjurés du soulèvement militaire de juillet 1936 contre la République dirigée par le Front Populaire de gauche.

Il fait appel à Hitler pour organiser un pont aérien qui fait passer les troupes coloniales du Maroc vers la péninsule. Le 1er octobre, les insurgés en font leur chef avec le titre de "généralissime et chef du gouvernement de l'Etat espagnol".

Appuyé par Adolf Hitler et Benito Mussolini, il remporte la guerre civile en 1939, écrasant les républicains soutenus par l'Union soviétique. Le conflit fait plusieurs centaines de milliers de morts.

Durant les cinq années qui suivent sa victoire, Franco fait exécuter des dizaines de milliers de prisonniers républicains.

Avec le titre de Caudillo (chef militaire), il dirige un pays en ruines et évite de participer à la IIe guerre mondiale mais ses sympathies pour l'Axe lui vaudront ensuite l'ostracisme des vainqueurs.

Isolé, il favorise une politique d'autosuffisance et la création de grandes entreprises publiques. Son régime s'appuie sur l'armée, l'Eglise catholique et la Phalange, parti inspiré par le fascisme.

Il avait une "forte conviction de son rôle d'homme providentiel", selon un de ses biographes Juan Pablo Fusi. D'où la construction de son mausolée du "Valle de los Caidos" (Vallée de ceux qui sont tombés), près de l'Escorial de Philippe II, le Panthéon des rois espagnols.

Casanier, aimant chasser et pêcher, il ne voyagea jamais à l'étranger en raison de l'ostracisme international.

Mais son anticommunisme lui permet de profiter de la Guerre froide pour se rapprocher de Washington et briser l'isolement. L'Espagne entre à l'ONU en 1955.

Dans les années 1960, des technocrates entrent au gouvernement et mettent l'Espagne sur la voie du développement économique.

En 1969, afin de rétablir la monarchie, Franco nomme pour lui succéder Juan Carlos de Bourbon, petit fils du roi Alphonse XIII, qui s'était exilé en 1931 à la proclamation de la république. "Franco lui-même savait que le franquisme n'allait pas lui survivre", confiera plus tard Juan Carlos.

Le 27 septembre 1975, sont exécutés à Burgos (nord), les six derniers condamnés à mort de la dictature, malgré des protestations internationales.

Le 20 novembre 1975, Franco s'éteint et, avec lui, la dernière dictature d'Europe occidentale.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Algérie | Afrique du Sud