AFP - Publié le Vendredi 20 Novembre 2020 à 12:23

Le Burkina Faso, pays pauvre en proie aux attaques jihadistes


Ouagadougou - Le Burkina Faso, où le président Roch Marc Christian Kaboré brigue dimanche un second mandat, est un pays du Sahel, parmi les plus pauvres au monde, en proie depuis 2015 à des attaques jihadistes récurrentes.


Dépourvu d'accès à la mer, le Burkina est frontalier de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Niger, du Bénin, du Togo et du Ghana.

Avec 20,3 millions d'habitants (Banque mondiale, 2019), il comprend une soixantaine d'ethnies dont les Mossi, majoritaires.

60% des habitants sont musulmans et près d'un quart chrétiens.

Ancienne colonie française, la Haute-Volta devient indépendante le 5 août 1960. En 1966, un soulèvement populaire renverse le premier président Maurice Yaméogo, avant une succession de sept coups d'Etat militaires.

En 1983, de jeunes officiers révolutionnaires prennent le pouvoir, dirigés par Thomas Sankara, qui rebaptise le pays Burkina Faso ("pays des hommes intègres") et tente de le conduire sur la voie du développement économique. Mais sa politique est menée d'une main de fer.

Le 15 octobre 1987, Blaise Compaoré prend le pouvoir lors d'un coup d'Etat lors duquel est tué le "père de la révolution". "Che Sankara" fait toujours l'objet d'un culte au Burkina comme en Afrique.

En 1991, Blaise Compaoré rétablit le multipartisme, après onze ans de régime militaire. Il est élu président en 1991, réélu en 1998, 2005 (face à l'opposition qui se présente pour la première fois) et 2010.

Entre-temps, l'assassinat fin 1998 du journaliste Norbert Zongo qui enquêtait sur une affaire de meurtre mettant en cause le frère du président, François Compaoré, avait provoqué une crise politique et sociale sans précédent. La justice française décidera en 2019 de valider l'extradition de François Compaoré dans ce dossier (procédure toujours en cours).

Le 31 octobre 2014, Blaise Compaoré est chassé par la rue pour avoir voulu modifier la Constitution dans le but de se maintenir au pouvoir.

Le 29 novembre 2015, Roch Marc Christian Kaboré, ancien baron du régime Compaoré, est élu président.

Auparavant épargné par les attaques qui touchent plusieurs de ses voisins sahéliens, le Burkina Faso connaît régulièrement depuis 2015 des enlèvements et attaques perpétrés par une douzaine de groupes jihadistes, affiliés à Al-Qaïda ou à l'organisation Etat islamique (EI).

Le 15 janvier 2016, un attentat contre l'hôtel Splendid et le restaurant Cappuccino à Ouagadougou, le premier de ce type dans le pays, fait 30 morts, majoritairement des Occidentaux.

Depuis cinq ans les violences jihadistes, entremêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait plus de 1.200 morts et plus d'un million de déplacés.

Des pans entiers du pays sont inaccessibles en raison de l'insécurité.

La croissance du Burkina, un des pays les moins biens préparés pour affronter une épidémie, pourrait ralentir cette année jusqu'à 0,7% en pleine pandémie de Covid-19, selon un scénario pessimiste de la Banque africaine de développement (BAD), après +6,2% en moyenne par an depuis 2016.

Ce pays parmi les plus pauvres au monde (classé 182e sur 189 par le Pnud), risque de sombrer dans une situation de famine, selon l'ONU. Entre janvier et septembre, le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire aiguë a presque triplé, à 3,3 millions de personnes, selon Oxfam.

L'or a détrôné en 2009 le coton comme premier produit d'exportation. La production a baissé en 2019 à 50,3 tonnes à cause des attaques jihadistes, mais les recettes ont augmenté grâce à la hausse des cours mondiaux. Le secteur représente 13,13% du PIB.

L'agriculture, qui produit également du sorgho, du maïs et du riz, emploie près de 80% de la population active selon la Banque mondiale.

Auparavant prisé des touristes, le pays est déserté par les Occidentaux en raison des attaques jihadistes.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), organisé tous les deux ans, est la plus grande manifestation du septième art africain.


Tags : jihadistes



Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador