MAP - Publié le Vendredi 6 Décembre 2019 à 13:03

Les intempéries et inondations en Afrique de l'Est ont fait 280 morts et affecté plus de 2,8 millions de personnes (OCHA)


​Nairobi - Au moins 280 personnes ont été tuées et plus de 2,8 millions d'autres touchées dans les inondations et les glissement de terrain provoqués par les pluies inhabituellement abondantes qui s'étaient abattues dernièrement sur les pays d'Afrique de l'Est, a annoncé jeudi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).


Les maisons, les infrastructures et les moyens de subsistance avaient été détruits et endommagés dans les zones les plus touchées, souligne la même source dans un communiqué, mettant en garde contre le risque d'augmentation de maladies transmissibles, notamment le choléra.

"Principalement sous l'impulsion de la Dipole de l'océan Indien (IOD), les fortes pluies vont probablement persister jusqu'en décembre et s'intensifier au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda", a déclaré OCHA dans sa dernière mise à jour régionale sur les inondations.

L'agence des Nations Unies a déclaré que les courtes pluies annuelles qui durent habituellement d'octobre à décembre ont été exceptionnellement fortes au Kenya et ont touché plus de 160.000 personnes dans 31 des 47 comtés que compte le pays.

"Au moins 132 personnes seraient mortes, dont 72 victimes d'un glissement de terrain qui aurait enseveli leurs maisons dans le comté de West Pokot", a tenu à rappeler OCHA.

Les tempêtes ont détruit et endommagé des infrastructures clés au Kenya, notamment des maisons, des établissements de santé et des écoles, déplaçant un nombre non confirmé de personnes et perturbant les services de base.

Les routes et les ponts ont été aussi endommagés, entravant l'efficacité des interventions humanitaires dans les zones touchées.

À Djibouti, le rapport indique que l'équivalent de deux années de précipitations est tombé en une journée, provoquant des inondations soudaines qui ont touché jusqu'à 250 000 personnes, dont neuf personnes ont été tuées.

"Dans de nombreuses régions, les inondations se produisent à la suite de sécheresses consécutives, tandis que dans d'autres, les personnes touchées par les inondations souffrent également de conflits et de violences", a déclaré OCHA.

"Alors que les familles luttent pour faire face à ces chocs complexes, il existe un risque élevé qu'elles adoptent des mécanismes d'adaptation négatifs, notamment le décrochage scolaire et le mariage précoce", a averti le bureau de l'ONU.

Selon OCHA, les inondations en Somalie ont touché 547.000 personnes, dont environ 370.000 ont été déplacées et 17 tuées. Au Soudan du Sud, où 908.000 personnes ont été touchées depuis juin, les inondations ont submergé des communautés entières, détruit ou rendu inaccessibles les services de base et les marchés.

L'agence de l'ONU a déclaré que plus de 420.000 personnes ont été touchées par des inondations d'août à octobre au Soudan, au cours desquelles 78 personnes sont mortes et 49.500 maisons détruites.

En Ethiopie, environ 570 000 personnes ont été touchées par des pluies inhabituelles qui auraient certes un impact négatif sur la saison des récoltes.

Au Burundi, 3.100 personnes ont été touchées par les pluies torrentielles dans la province de Munyinga, tandis qu'en Ouganda, des inondations et des glissements de terrain ont touché au moins 12 districts, dont celui de Bundibugyo, où plus de 4.000 personnes ont été touchées.

En Tanzanie, a précisé l'agence de l'ONU, le bilan des morts s'élève à plus de 50, dont 10 personnes qui ont été noyées par une rivière en crue.


Tags : inondations



Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Algérie | Afrique du Sud