AFP - Publié le Samedi 7 Décembre 2019 à 11:05

Nigeria: l'opposant Sowore tout juste libéré, à nouveau arrêté


​Lagos - La police secrète nigériane a de nouveau arrêté vendredi l'opposant Omoyele Sowore, moins de 24 heures après sa libération sur ordre de la justice, a déclaré son avocat à l'AFP.


"Sowore a été arrêté de nouveau. Il est détenu par la DSS (Département des services de l'Etat)", a expliqué Me Femi Falana, joint au téléphone.

"Le DSS avait tenté de l'arrêter dans le tribunal, mais les gens (présents, ndlr) ont résisté et pour éviter des violences, je l'ai personnellement conduit à leur bureau", a-t-il ajouté. "Le DSS a déclaré avoir besoin d'obtenir plus d'informations dans le cadre de son procès et a promis de le libérer plus tard dans la journée".

Les médias locaux ont relayé des images surréalistes montrant des agents de sécurité qui tentent d'embarquer M. Sowore de force en pleine audience et ses partisans s'interposer pour les en empêcher.

"La DSS est en tors d'avoir arrêté mon client sans aucune ordonnance du tribunal", a affirmé Me Falana.

Omoyele Sowore et son co-accusé Olawale Bakare avaient été libérés jeudi après plusieurs mois de détention, suite à une décision de justice qui donnait 24 heures à la DSS pour libérer les deux opposants, incarcérés début août pour insurrection et trahison.

Candidat malheureux à la présidentielle de février, M. Sowore, âgé de 48 ans, avait été arrêté le 1er août pour avoir appelé sur internet à l'organisation d'une manifestation de masse, "Révolution maintenant".

Pourfendeur virulent du président Muhammadu Buhari, il est aussi le fondateur du journal en ligne Sahara Reporters, qui se présente comme un média d'investigation indépendant.

En septembre, un tribunal avait déjà ordonné sa libération après 45 jours de détention, mais la DSS n'avait pas suivi la décision de justice.

MM. Sowore et Bakare ont tout deux plaidé non coupable des accusations de trahison, mais aussi de blanchiment d'argent et de cyberharcèlement contre le chef de l'Etat.

La situation de Sowore a soulevé l'indignation sur les réseaux sociaux et plusieurs manifestations avaient été organisés à Abuja pour demander leur libération ces dernières semaines.


Tags : Nigeria



Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Algérie | Afrique du Sud