MAP - Publié le Lundi 4 Mai 2020 à 10:53

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine du 04/05/2020


Dakar - La pandémie de coronavirus (Covid-19) et la coopération entre l'Ethiopie et l'Erythrée sont les principaux sujets traités par la presse africaine parue lundi.


Au Sénégal, +Le Soleil+ écrit que le président de la République, Macky Sall, a prolongé, samedi, l'état d’urgence assorti d’un couvre-feu de 20h à 6h sur l’étendue du territoire national.

« L’état d’urgence, proclamé par décret le 23 mars 2020, est, à nouveau, prorogé pour une durée de 30 jours sur toute l’étendue du territoire national », précise le décret, ajoutant que « le ministre de l’Intérieur est chargé de l’exécution du présent décret ».

Son confrère +Enquête+ rapporte que pour une meilleure réussite dans la lutte contre le covid-19, le Sénégal adopte une nouvelle stratégie, avec les cas peu-symptomatiques, notant qu’une prise en charge extrahospitalière est prévue, afin de désengorger les sites de prise en charge.

Citant le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, le journal indique que la progression de la maladie, qui touche désormais 11 régions sur 14, indique clairement qu’il faut un engagement plus marqué, en particulier des communautés.

Pour Diouf Sarr, seule une application très rigoureuse des mesures et une très grande discipline individuelle et collective permettent de vaincre le covid-19.

Il précise, selon la publication, avoir demandé aux membres du comité national de gestion des épidémies et du groupe opérationnel d’intégrer dans leurs stratégies de prise en charge la prise en charge extrahospitalière des cas asymptomatiques.

Au Gabon, +L'Union+ écrit sous le titre "Covid-19 : les chercheurs au front" que sensible à leurs plaintes et conscient de la nécessité de rassembler toutes les synergies, le gouvernement a fait part samedi, lors d’une rencontre à Libreville, de sa volonté d’intégrer les chercheurs locaux à la lutte contre la pandémie du Covid-19.

Et de poursuivre que les contributions de ces derniers sont attendues sur de nombreux points de la stratégie adoptée par le pays pour lutter contre la propagation de coronavirus.

Son confrère, +Gabon Matin+ titre "Gestion de la crise sanitaire : remettre de l’ordre". Il indique que tout contrevenant aux mesures barrières contre le covid-19 s’expose désormais à une amende ou aux travaux d’intérêt général. 

Le ministre de l’intérieur a été ferme, samedi dans une déclaration motivée sans doute par le relâchement observé par les populations dans le pays ce, après le retour au confinement partiel du grand Libreville, poursuit la publication, notant qu’il est aussi urgent de mettre de l’ordre face au mélange des genres observé dans la mise en œuvre des mesures d’accompagnement et dans la prise de parole publique.

Au Mali, +Malijet+ rapporte que les autorités sanitaires ont signalé, dimanche, 19 nouveaux cas confirmés de nouveau coronavirus, portant à 563 le nombre total des personnes contaminées par cette épidémie dans le pays.

Selon le ministère malien de la Santé et des Affaires sociales, sur 98 échantillons testés, 19 sont revenus positifs dont 13 à Bamako, capitale malienne.

Et d'ajouter que sept patients ont été contrôlés négatifs et un décès enregistré au cours des dernières 24 heures dans le pays, notant que 1.711 contacts font l'objet d'un suivi quotidien.

En RD Congo, "Forum des As" indique que la fluctuation actuelle de la monnaie nationale par rapport aux devises cotées en RDC résulte de deux chocs induits par la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie du Covid 19, expliquant que le premier choc porte sur l’offre des devises dans le marché des changes alors que le deuxième est fiscal puis budgétaire, étant donné que les entreprises ne tournent plus à plein régime depuis mars.

“L’Avenir” écrit que l’Union européenne a octroyé une aide de 15 millions d'euros à la RDC afin que cette dernière puisse répondre aux besoins essentiels de la population et faire face aux conséquences économiques et sociales de l’épidémie de COVID 19 en RDC. Au Ghana, +Daily Guide+ se demande sur les solutions possibles en cas d'une impossibilité de la tenue des élections le 07 décembre 2020 et de l’expiration du mandat de l’actuel président, Nana Akufo-Addo le 06 janvier 2021.

Et de noter que le président de la Cour suprême peut assurer l’intérim du pouvoir et inviter le parlement à la gestion des affaires du pays le temps de pouvoir organiser les élections.

Son confrère, +Daily Graphic+ rapporte que le Parti progressiste uni (UPP) a appelé le gouvernement à achever les infrastructures de santé abandonnés qui étaient initiés par les gouvernements précédents au lieu de lancer de nouveaux projets.

Au Rwanda, le principal quotidien +The New Times+ rapporte que le Rwanda a effectué plus de 33.300 tests de dépistage du nouveau coronavirus depuis le 14 mars, date à laquelle la pandémie a été signalée pour la première fois dans le pays est-africain. 

Le journal anglophone, qui cite un communiqué du ministère de la Santé, souligne que les tests de masse opérés dans le pays ont permis d'enrayer la propagation de la maladie et de limiter le nombre des cas actifs à 135, précisant dans cette optique que le pays effectue en moyenne environ 1000 tests de dépistage par jour.

D’autres part, +KT Press+, écrit que le Rwanda entame dès ce lundi un déconfinement partiel après plus de six semaines de confinement pour freiner la propagation du nouveau coronavirus.

Les autorités ont autorisé le déplacement des citoyens durant la journée et la réouverture des entreprises avec la moitié du personnel, note le média qui ajoute que le Rwanda est parmi les premiers pays africains à autoriser un déconfinement partiel.

En Afrique du Sud, +Mail&Guardian+ s'intéresse aux nouveaux défis auxquels font face les organisations de la société civile dans le contexte marqué par la propagation de la pandémie du coronavirus. Le journal indique que le secteur devra redéfinir ses missions et trouver de nouveaux modes d'engagement pour préserver son efficacité. 

La pandémie a obligé les acteurs de la société civile à faire preuve d'innovation et de créativité dans leur travail, ajoute le journal, notant que le moment est venu pour le secteur de moderniser son travail. 

"L'un des changements qui devraient être préconisés au sein des organisations de la société civile consiste en l'intégration des nouvelles technologies", précise le quotidien.

+Independant Online+ revient sur la crise économique et social en Afrique du Sud. Il indique que la fête du travail a été commémorée cette année au milieu de la pandémie de Covid-19 qui menace des millions d'emplois et augure d'une dépression économique inévitable.

Selon les projections du Trésor sud-africain, le pays pourrait perdre jusqu'à 7 millions d'emplois et voir le chômage augmenter de 29,1 pc à 50 pc, précise le journal, signalant que le PIB du pays devrait connaître une contraction de 6,4 pc.

A Djibouti, le quotidien +La Nation+ rapporte que le gouvernement djiboutien a lancé samedi une enquête sur la prévalence de la pandémie du nouveau coronavirus à Djibouti, indiquant que cette enquête sera menée par les ministères de la Santé et de l'Intérieur ainsi que l’Institut national des statistiques de Djibouti (INSD), 

Selon le journal, cette étude qui sera réalisée en quatre jours permettra au gouvernement d’évaluer l’impact du confinement sur la dynamique de riposte contre l’épidémie du Covid-19.

Cette enquête, écrit-on, couvrira l’ensemble de la population de la ville de Djibouti, soit près de 1500 ménages regroupant au total 7200 individus.

En Ethiopie, +FANA BC+ revient sur la visite du président érythréen Isaias Afewerki à Addis-Abeba et les entretiens qu'il a eus avec la présidente Sahle-Work Zewde et le Premier ministre Abiy Ahmed.

La coopération bilatérale et les développements dans la région étaient au centre des discussions entre le président érythréen et les hauts dirigeants éthiopiens, relève le média.

Sur ce sujet le portail d’information +BORKENA.COM+ note qu’il s’agit de la cinquième visite officielle du président Isaias en Ethiopie depuis la normalisation des relations entre les deux Pays. 

Le président érythréen est en Ethiopie pour une visite de travail de deux jours malgré le contexte du coronavirus dans les deux pays, souligne le média éthiopien, rappelant par ailleurs que l'Erythrée avait refusé d'accepter « pour des raisons non précisées » du matériel médical, don d’un milliardaire chinois, acheminée par la compagnie aérienne éthiopienne dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

Sur un autre registre, les médias éthiopiens rapportent que 538 cyberattaques ont été déjouées au cours des neuf derniers mois dans le pays. 

Citant l'Agence éthiopienne de sécurité des réseaux d'information (INSA), +FANA BC+ relève que sur ce total, 263 sont des attaques de rançongiciels, 106 piratages, 105 attaques Web, 54 espionnages d'infrastructures ciblées et 9 perturbations d'infrastructures cybernétiques.

Les attaques signalées au troisième trimestre sont en augmentation de 68% par rapport aux deux trimestres précédents, note le média. Au Kenya, le journal "Kenyans.co" rapporte que les ministres de la Santé Mutahi Kagwe et des Finances Ukur Yatani devront comparaitre ce lundi devant l'Assemblée Nationale pour donner des éclaircissements sur les dépenses controversées de 1,3 milliard de shillings destinées à la lutte contre le Ciovid-19.

La convocation des deux responsables devant le parlement intervient après que le ministère de la Santé ait publié un document montrant une ventilation des dépenses pour les fonds donnés par la Banque mondiale au Kenya dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus.

"Nous ne voulons pas que l'argent qui a été mis de côté pour Covid-19 soit détourné. Nous voulons que l'argent qui a été mis de côté pour les pauvres et les vulnérables soit utilisé à bon escient et nous convoquerons les ministres concernés et poserons les bonnes questions", a déclaré le sénateur Murang'a, cité par le journal.

Dans son discours lors de la fête du Travail, le président Uhuru Kenyatta a démenti les informations selon lesquelles les fonds Covid-19 ont été détournés.

"Le moment venu, il sera audité en plein jour, chaque shilling et chaque centime. Les Kényans sauront que cet argent a été utilisé dans quel but et pour aider qui. Nous rendrons public tous les résultats et rien ne sera caché", avait souligné le président Kenyatta. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador