MAP - Publié le Mardi 19 Mai 2020 à 12:38

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine


Dakar - La lutte contre l'épidémie de coronavirus (Covid-19) est le thème principal traité par la presse africaine parue mardi.


Au Sénégal, +Enquête+ rapporte que les 45 milliards Francs CFA (environ 68 millions euro) alloués à Air Sénégal sur une enveloppe de 77 milliards destinés aux entreprises impactées par le coronavirus, dont les domaines du tourisme et des transports aériens, n'en finissent pas de susciter la colère de certains acteurs.

Sous le titre « Tourisme et transport aérien : un secteur à genoux », le journal affirme que la tutelle invoque une perte de 20 milliards de FCFA en seulement trois mois de crise, pour la compagnie aérienne, ajoutant que même si à ce jour, il est difficile de donner avec exactitude l’ampleur des dégâts de la pandémie sur la situation financière de la compagnie nationale, tout le monde convient que ces dégâts seront "énormes".

"Le partage est terriblement déséquilibré et risque de laisser en rade plusieurs sociétés de la plateforme aéroportuaire. Une telle démarche va inéluctablement sonner la mort de plusieurs entreprises du secteur et créer les conditions de pertes d'emplois pour des centaines de travailleurs", avertit le syndicat des personnels des activités aéronautiques du Sénégal, cité par le journal. « Situation épidémiologique : plus de 1000 patients guéris », titre en Une +Le Soleil+, notant que 1076 guérisons sur 2544 cas déclarés positifs depuis le début de la pandémie au Sénégal ont été enregistrées lundi.

Cependant, ajoute la publication, 1441 malades sont toujours sous traitement dont 11 dans un état grave, alors que 28 sont décédés de la maladie. Au Mali, +Malijet+ rapporte que quatorze (14) nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés lundi dans le pays.

Ces nouveaux cas portent à 874 le nombre total des infections au covid-19 dans le pays, dont 512 guérisons et 52 décès.

Les cas enregistrés sont actuellement pris en charge sur les sites de traitement alors que les recherches se poursuivent pour retrouver les personnes-contact, assure le ministère de la Santé et des Affaires sociale, dans un communiqué relayé par le journal. 

Au Ghana, +Ghana web+ écrit que la commission électorale, en tant qu'organe indépendant chargé de la conduite d'élections libres et régulières, est appelée à entreprendre sa mission sans faveur pour aucun parti politique.

Tous les processus doivent être transparents pour assurer un bon déroulement des élections générales, prévues en décembre prochain, souligne la publication.

Son confrère, +News Ghana+ rapporte que le ministère des Affaires étrangères a annoncé la réouverture des bureaux des passeports à travers le pays, à compter du lundi.

En Ethiopie, +ADDIS STANDARD+ s'intéresse à la lettre adressée par le ministre éthiopien des Affaires étrangères Gedu Andargachew au Conseil de sécurité de l'ONU affirmant que l'Ethiopie "n'avait pas d'obligation légale" de demander à l'Egypte l'autorisation pour remplir le grand barrage éthiopien La Renaissance.

Le média éthiopien relève que cette lettre est «une réponse à la décision prise précédemment par l'Egypte de porter l'affaire devant le CS de l’ONU», notant que les préparatifs ont été achevés pour commencer la première phase de remplissage du grand barrage à partir de juillet 2020.

L’Ethiopie avait annoncé à plusieurs reprises son intention de commencer le remplissage du réservoir du grand barrage à partir de juin de cette année. Le Premier ministre Abiy Ahmed a récemment déclaré que même la pandémie de Covid-19 ne devra pas entraver les plans (de remplissage), rappelle le média éthiopien. 

+FANA BC+ revient toujours sur la réunion de haut niveau entre l'Ethiopie et le Soudan tenue à Addis-Abeba en notant qu’elle s’est déroulée dans une atmosphère cordiale et amicale reflétant les relations fraternelles de longue date entre les deux pays, basées sur le bon voisinage et le respect mutuel.

Citant un communiqué sanctionnant les travaux de cette réunion, le média éthiopien souligne que les deux pays ont convenu de poursuivre les discussions et de créer un environnement propice à la résolution des problèmes frontaliers dans les cadres déjà existants et sur la base de documents convenus et signés.

Les deux parties ont également convenu de renforcer la coopération et de lutter contre toute activité illégale et d'assurer la sécurité des personnes le long de la zone frontalière.

En RD Congo, "Kinshasa Times" écrit que le Comité de riposte contre le Covid-19 a fait savoir dans son bulletin quotidien sur la situation épidémiologique que la République Démocratique du Congo compte 1.538 cas confirmés depuis la déclaration de cette pandémie au pays en date du 10 mars 2020.

Selon ce comité, 1035 patients sont en bonne évolution, 407 cas suspects sont en cours d’investigation et 165 échantillons ont été testés, indique l'auteur de l’article.

“Forum des As” rapporte que le Premier ministre congolais, Ilunga Ilunkamba, a remis lundi 50.000 kits de dépistage rapide à l'équipe de riposte, notant que ce don du Gouvernement central, obtenu sur fonds propres, est composé essentiellement de 50. 000 cartons contenant 25 pipettes chacun et que le coût global de ce matériel est de 520. 000 dollars américains.

Au Gabon, +l'Union+ titre "A quand le retour à l’école". Il écrit que la question préoccupe autorités et parents-encore plus ceux d’élèves en classes d’examen- alors que la pandémie de Covid-19, à l’origine de la suspension des cours le 14 mars dernier bat son plein.

Et de s’interroger quel pourrait être le calendrier de la reprise de des enseignements dans le primaire et le secondaire pour boucler l’année, notant que la communication du ministre de l’Education nationale, Patrick Daouda Mouguiama, peut-être cette fin de semaine, est de ce fait très attendue.

Sur un autre registre, +Gabonreview+ indique que la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon (Bicig) a annoncé, lundi, avoir subi de retraits frauduleux par cartes de paiements internationales, à hauteur de 113 millions de francs CFA (près de 173 mille euros), notant que l’entreprise bancaire a assuré qu’elle remboursera les clients victimes de cette cyberattaque.

En Côte d'Ivoire, "koaci.com" fait savoir que Qatar Petroleum, Premier exportateur mondial de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et acteur très important de l’industrie pétrolière et gazière internationale, est désormais représentée en Côte d'Ivoire.

"Nous apprenions d'une source proche du ministère du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables qu'elle a fait son entrée dans l’amont pétrolier du pays par des prises de participations à hauteur de 45% dans chacun des blocs pétroliers CI–705 et CI–706 opérés par le groupe français TOTAL", selon le site d'information.

Sur un autre registre, son confrère "Abidjan.net" rapporte que les obsèques de Cheick Boikary Fofana, président du Conseil supérieur des imams, des mosquées et des affaires islamiques (COSIM), guide de la communauté musulmane ivoirienne, ont débuté lundi à la mosquée de la Riviera Golf à Cocody dans l’Est d’Abidjan, par la présentation des condoléances. Le Cheick Aïma Boikary Fofana est décédé dimanche à Abidjan de la Covid-19 à l’âge de 77 ans, rappelle le portail d'information.

«Le bureau exécutif du COSIM porte à la connaissance de la communauté nationale que la présentation des condoléances se fera tous les jours de 11h à 13h à la grande mosquée de la Riviera-Golf... », souligne le site électronique, relayant un communiqué du COSIM qui invite au strict respect des mesures barrières contre la Covid-19.

A Djibouti, le quotidien +La Nation+ rapporte que les employés des services publics et privés à Djibouti ont repris le travail à partir de cette semaine en application du décret présidentiel du 10 mai.

Citant le directeur de la sécurité publique de la Police djiboutienne, le journal indique que les autorités ont mis en place de nouvelles mesures de prévention pour accompagner cette mesure et minimiser les risques de propagation du Covid-19.

Et d'ajouter que les éléments de la police sont déployés dans toute la capitale depuis près de deux mois pour faire respecter les mesures édictées par le gouvernement.

Au Rwanda, la presse locale focalise toujours son attention sur l'arrestation samedi en France de Félicien Kabuga, figure de proue présumée du génocide rwandais de 1994 et l’un des fugitifs les plus recherchés au monde.

Le principal quotidien +The New Times+ écrit que l’interpellation de Félicien Kabuga après plus de 25 ans de traque « redonne l’espoir que les autres commanditaires soient retrouvés et traduits en justice », soulignant dans cette optique que d’autres fugitifs impliqués dans le génocide courent toujours.

Citant un expert du droit pénal international, le journal indique que Félicien Kabuga, considéré comme le « financier du génocide », devra comparaitre dans les prochains jours devant la chambre des mises en accusation à Paris et pourrait ensuite être transféré à la Haye, pour répondre de plusieurs charges, dont crimes de génocide et crimes contre l’humanité.

Son confrère +RNA+ note que l'arrestation de Félicien Kabuga, qui résidait en France sous une fausse identité, a réjoui plusieurs associations de défense des droits de l’homme et les victimes du génocide rwandais.

En Afrique du Sud, +Sunday Times+ indique que le nombre d'infections au coronavirus dans les établissements pénitentiaires sud-africains est passé à 605 avec 24 nouveaux cas enregistrés lundi seulement dans la province du Cap occidental.

Citant le porte-parole du département des services correctionnels, Singabakho Nxumalo, le journal écrit que 186 fonctionnaires et 419 détenus ont contracté le virus depuis le début de la pandémie dans le pays, notant que plus de 100 personnes s'étaient rétablies.

Dans un autre registre, +The South African+ signale que le secteur minier sud-africain, qui contribue à hauteur de 8 pc du produit intérieur brut (PIB) et à 45 pc des recettes en devises, éprouve de grandes difficultés même après l’assouplissement du confinement à partir du 1er mai.

L’exploitation minière est un pilier essentiel de l’économie sud-africaine qui souffre d'une crise de longue date, ajoute le journal, notant que les mines constituent l'un des plus grands employeurs avec près d'un demi-million de travailleurs sur l'ensemble du territoire.

Au Kenya, le journal "The Star" croit savoir que Raila Odinga, leader du Mouvement Démocratique Orange (ODM) et principal parti d'opposition, serait sur le point de se voir confier un poste de haut rang lui permettant de diriger la reprise économique du pays dans le cadre des nouveaux changements qui devraient être dévoilés très prochainement par le président Uhuru Kenyatta.

Selon le journal qui cite des sources proches de la présidence, M. Kenyatta élabore une nouvelle composition du Cabinet qui pourrait voir plusieurs personnalités de l'opposition obtenir des postes clés dans le gouvernement.

Les départements des Finances, de l'Agriculture, du Tourisme, de l'Industrialisation et de la Dévolution sont quelques-uns des portefeuilles que l'ancien Premier Ministre serait chargé de coordonner, selon le journal qui avance que le nouveau groupe qui sera dirigé par Raila s'appellera l'"Équipe multi-agences de relance économique" et sera directement responsable devant le président.

La nouvelle équipe pourrait également rassembler d'éminents dirigeants politiques, ajoute la publication. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador