MAP - Publié le Mardi 25 Février 2020 à 11:39

Revue de la presse quotidienne internationale africaine du 25/02/2020


Dakar - La menace de l'épidémie de Coronavirus, le secteur de la santé au Gabon, la coopération entre le Kenya et l'Allemagne, la poursuite d’un présumé génocidaire rwandais en France et le programme social en Côte d’Ivoire sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue mardi.


Au Sénégal, la menace de l'épidémie de Coronavirus et l’inauguration d’un parc éolien marquent l’actualité abordée par la presse locale.

Dans le cadre des actions prises pour faire face à la propagation rapide du coronavirus, 10 nouveaux prévisionnistes seront envoyés en renfort au dispositif déjà existant à l’Aéroport internationale Blaise Diagne de Diass, rapporte le quotidien +Source A+.

Face à la menace de plus en plus pressante du coronavirus, le ministre de la santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr affirme avoir déjà identifié quatre hôpitaux pour la prise en charge des malades, écrit pour sa part +L’Observateur+.

Sur un autre registre, les journaux de la place font état de l’inauguration, lundi par le chef de l’Etat Macky Sall, d’un parc éolien à Thiès.

« Le Sénégal inaugure l’ère de l’énergie éolienne », titre +Le Soleil+, soulignant que le parc d’une puissance de 158,7 mégawatts pour un coût d’environ 200 milliards de FCFA, est le premier projet éolien à échelle industrielle au Sénégal et en Afrique de l’Ouest.

+Libération+ relaye à cet effet les propos du président sénégalais affirmant, lors de l’inauguration du parc éolien, que « le Sénégal émergent, c’est un Sénégal qui carbure poussé dans son élan par un mixte énergétique qui allie toutes nos potentialités ».

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse au secteur de la santé. Il écrit sous le titre "Santé : la poussée de fièvre" qu’à l’appel de quatre syndicats, les personnels de santé sont en grève depuis hier, notant ce mouvement a été relativement bien suivi à son premier jour au grand désarroi des patients.

Et d’ajouter que si le non-paiement du 2è trimestre de la défunte prime d’incitation à la performance (PIP) cristallise le mécontentement des grévistes, cet arrêt de travail met en lumière bien d’autres maux affectant le secteur.

Sur un autre registre, la publication souligne que la Direction générale des douanes et des droits indirects (DGDDI) ne transige pas avec le respect de leurs obligations en matière d’import-export par les sociétés, notant qu’une soixantaine d’entre elles viennent d’être suspendues de toutes acticités portuaires.

Et de poursuivre que le ministère de l’Economie et des Finances invite les opérateurs identifiés dans la liste des commissionnaires en douane suspendus d’activité à fournir tous les éléments nécessaires en vue de la régularisation de leur situation administrative.

En Afrique du Sud, +News24+ annonce que la Haute Cour de Gauteng (nord-est) a accordé une dernière prolongation de 13 mois à la Commission judiciaire sur la capture de l'État (Zondo), qui enquête sur des allégations de corruption et de fraude survenus durant le mandat de l'ancien président Jacob Zuma.

La commission a initialement obtenu une prolongation jusqu'en février 2020, mais le président de la commission, le juge en chef Raymond Zondo a estimé que cette durée était insuffisante pour mener à bien sa mission et de présenter des conclusions, précise le journal, notant que la prolongation accordée par la juge Wendy Hughes s'étend du 1er mars 2020 au 31 mars 2021.

De son côté, +The South African+ fait savoir que le niveau des barrages de la province du Cap Occidental, a connu une nouvelle baisse cette semaine en raison d'une sécheresse sévère qui frappe la région de plein fouet.

Avec la saison des pluies encore à plus de deux mois et la hausse de l'utilisation des ressources hydriques, il semble très difficile de prévenir la baisse du niveau de l'eau dans les barrages jusqu'à l'arrivée de l'hiver, précise le journal, notant que les barrages de la province sont à 65,9 pc pleins, tombant sous la barre des deux tiers pour la première fois depuis le printemps 2019.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ revient sur l'attaque à la bombe qui a visé dimanche un meeting en soutien au parti du Premier ministre Abiy Ahmed dans la ville d'Ambo, dans la région d'Oromia, ayant fait 29 blessés.

Le média éthiopien rapporte que six personnes soupçonnées d'avoir commis l'attaque ont été arrêtées.

Sur le même registre +NEW BUSINESS ETHIOPIA note que «jusqu'à présent, aucune organisation ou groupe n'a revendiqué cet attentat à la bombe».

+FANA BC+ s’intéresse quant à lui à la décision du gouvernement éthiopien visant à gracier quelque 60 détenus.

Ciant Nigussu Tilahun, responsable de la presse au bureau du Premier ministre, le média éthiopien précise que cette décision fait partie des efforts du gouvernement pour élargir l'espace politique.

Le procureur général va donner ce mardi plus de détails sur cette décision, ajoute le média.

Au Rwanda, la presse locale rapporte que Claude Muhayimana, présumé génocidaire rwandais sera jugé aux assises à Paris à partir du 29 septembre, indiquant qu'il s’agit du troisième procès en France pour des crimes liés au génocide de 1994.

Le journal +RNA+ écrit que le suspect est accusé d'avoir transporté des « Interahamwe», miliciens extrémistes et bras armés du génocide, sur les lieux de massacres, précisant qu’il doit être jugé pour "complicité" de génocide et de "crimes contre l'humanité par aide et assistance".

L’accusé avait été arrêté en 2014 à Rouen, un an après l'ouverture d’une enquête initiée par une plainte du Collectif des parties civiles pour le Rwanda (CPCR), ajoute la publication sur sa version électronique, rappelant que les juges d'instruction français avaient décidé de le renvoyer aux assises en novembre 2017, décision confirmée en appel en avril 2019.

"Nous nous réjouissons de la tenue de ce procès, mais nous en attendons tellement d'autres, avec des personnalités plus importantes", a déclaré Alain Gauthier, président du CPCR, cité par le média.

À Djibouti, la presse locale s'intéresse aux activités commémorant la Journée internationale de la langue maternelle, soulignant qu'un grand événement a été organisé dans la capitale djiboutienne, sous la présidence du chef d'Etat, Ismail Omar Jelleh.

Le journal Al-Qarn écrit, dans ce cadre, qu'en 1999, le 21 février a été déclaré Journée Internationale de la Langue Maternelle par l'UNESCO, qui a appelé les États membres à célébrer cette journée et d'en faire une opportunité pour la recherche et l'étude sur les langues maternelles.

Le journal a souligné que l'UNESCO avait publié il y a des années une nouvelle édition électronique de l'Atlas des langues du monde en voie de disparition, qui fait ressortir qu'environ 200 des 6000 langues en circulation dans le monde ont disparu au cours des trois dernières décennies, alors que 573 langues sont en agonie.

Au Ghana, +Daily Graphic+ rapporte que le président Nana Akufo-Addo a soutenu la décision de la Commission électorale d'établir un nouveau registre avant les élections de 2020.

S'exprimant lors d'une réunion avec la communauté ghanéenne à Oslo en Norvège, le président a affirmé que la décision de la CE est logique, notant que l'organe de gestion électorale devrait être autorisé à faire son travail.

Son confrère, +Ghanaian Times+ s’intéresse aux élections présidentielles au Togo, soulignant que le président Faure Gnassingbé a été réélu pour un quatrième mandat avec 72,36% des voix, devant le candidat de l'opposition Agbéyomé Kodjo.

Ayant obtenu la majorité absolue, Faure Gnassingbé l'emporte dès le premier tour, d'après les chiffres officiels. Son principal rival, Agbéyomé Kodjo, obtient lui seulement 18,37%, tandis que le troisième candidat, Jean-Pierre Fabre, récolte 4,35% des voix.

Au Kenya, les principaux quotidiens s'intéressent à la visite de travail qu'entreprend actuellement dans le pays le président allemand, Frank-Walter Steinmeier.

Durant cette visite, le président kényan Uhuru Kenyatta et son hôte allemand ont procédé à la signature de plusieurs accords dans les domaines de l'enseignement supérieur et la formation professionnelle, rapporte le journal "The Star".

Parmi les protocoles d'accord signés figurent les accords financiers et techniques, l'augmentation de l'emploi et des compétences industrielles au Kenya, comme prévu dans le renforcement du secteur de l'éducation, ainsi que l'augmentation du commerce et des investissements au Kenya.

Lors d'un dîner offert en l'honneur du président allemand, Uhuru a déclaré qu'il existe plus de 100 entreprises allemandes au Kenya avant de mettre en évidence les diverses opportunités offertes aux deux pays pour renforcer davantage leur partenariat, écrit, pour sa part, le "Daily Nation".

En RD Congo, la presse nationale aborde la suspension par les magistrats de leur grève déclenché depuis le 10 février. "Forum des As" indique à cet effet que les dossiers en souffrance dans les Cours et tribunaux en RD Congo peuvent, à nouveau, être traités, la grève des magistrats déclenchée étant désormais suspendue.

Considérant la trêve de leur grève comme un acte de bonne foi, les magistrats à leur tour, invitent le gouvernement à faire de même. Ils attendent des réponses idoines à leurs revendications, notamment l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail, ajoute l'auteur de l'article.

Cette suspension de la grève est consécutive aux multiples réunions tenues tant par le Premier ministre que par le ministre en charge de la Justice pour rassurer les magistrats de la détermination du Gouvernement à satisfaire les revendications des magistrats, écrit de son côté "L’Avenir".

“Le gouvernement est parfaitement de bonne volonté” et “lorsqu’il y aura des moyens adéquats, la solution sera apportée”, rapporte l’auteur de l’article, citant le ministre de la justice.

En Côte d'Ivoire, "Le Jour Plus" rapporte que le programme social du gouvernement (PsGouv) a permis d'avoir, à fin 2019, des résultats qui traduisent bien la notion d’intensification de l’action sociale du gouvernement. Le journal cite le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Touré, qui s'exprimait lundi à Abidjan lors d’une conférence de presse.

« Au plan financier, sur des ressources disponibles de 369,5 milliards de FCFA en 2019, les dépenses exécutées se chiffrent au 31 décembre 2019 à 332 milliards, soit un taux d’exécution financière de 89,9%. Ces résultats devraient contribuer à accélérer l’amélioration des conditions de vie des populations », ajoute la publication, soulignant que « le défi au cours de l’année 2020 sera de maintenir, voir accélérer la cadence d’exécution des activités pour atteindre les résultats projetés ».

Le PS Gouv, peut-on lire, comporte 156 actions, 67 projets majeurs, 57 réformes et 32 mesures d’accompagnement de l’action sociale.

Le Programme social du gouvernement, rappelle le quotidien, a été adopté pour un coût initial de 727,5 milliards de FCFA pour la période 2019-2020. Le champ du PSGouv a été étendu à de nouveaux projets dans le cadre de l’élaboration du budget 2020 portant son budget à 1003,4 milliards de FCFA. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador