MAP - Publié le Vendredi 2 Octobre 2020 à 14:08

Revue de la presse quotidienne internationale africaine


Dakar - L'impact du coronavirus, le génocidaire rwandais entre 1990 et 1994 et la situation économique en Afrique du Sud sont les principaux sujet qui retiennent l'attention de la presse africaine parue vendredi.


Au Sénégal, le dialogue du président avec les citoyens sur les réseaux sociaux et l'impact de la Covid-19 sur les manifestations religieuses, figurent parmi les principaux sujets abordés par la presse locale.

Sous le titre «les réponses de Macky Sall à plus de 4.000 internautes », le quotidien à grand tirage +Le Soleil+ rapporte que le chef de l’Etat sénégalais a répondu aux internautes qui lui avaient posé des questions, via les réseaux sociaux, sur divers domaines.

Il s’agit là, selon le conseiller spécial du président chargé de la communication digitale, d’un « exercice innovant et important et d’un dialogue personnalisé avec les citoyens », écrit la publication.

Sur autre registre, +WakfQuotidien+ aborde l’impact de la pandémie du coronavirus sur l’organisation des manifestations religieuses au Sénégal.

Évènements qui rassemblent plusieurs adeptes venus des quatre coins du Sénégal, de la diaspora et des pays de la sous-région, le Mawloud 2020 et la Ziarra 2021 de la famille Omarienne n’auront pas lieu, écrit la publication, soulignant que l’annulation de ces manifestations a été décidée pour éviter les risques de contamination.

Au sujet du Grand Magal de Touba, méga rassemblement des Mourides du Sénégal maintenu pour le 6 octobre courant, les journaux de la place font état des préparatifs pour cet important évènement religieux qui sera placé, selon les organisateurs, sous le signe de respect et de l’application des mesures barrières.

Au Rwanda, la presse locale s'attarde sur l’hommage posthume rendu par le président Paul Kagame aux héros et patriotes rwandais qui ont mis leur vie en première ligne pour libérer le pays du régime génocidaire entre 1990 et 1994.

Sous le titre « Kagame rend hommage aux patriotes rwandais », le quotidien +The New Times+ écrit que cela fait 30 ans que l'Armée patriotique rwandaise (APR), la branche armée du parti FPR-Inkotanyi, a lancé la lutte de libération pour renverser le régime génocidaire, un voyage qui a duré quatre ans.

«À tous les patriotes de notre pays et amis qui ont parcouru ce voyage apparemment insurmontable qui nous a mis là où nous en sommes aujourd'hui et nous a rendus fiers en tant que nation : Nous vous saluons et vous remercions», a déclaré le chef de l’Etat, cité par le journal. 

De son côté, +RNA+ indique le «1er octobre» marque le jour du début de la lutte nationale qui a mis fin au génocide et aux divisions sociales et restauré l’unité, le leadership démocratique et la défense de la souveraineté du pays.

Au Kenya, le journal "The Star" rapporte vendredi que le directeur des poursuites pénales (DPP), Noordin Haji, a renvoyé le dossier de la "Kenya Medical Supplies Authority" (Kemsa), soupçonnée de malversations et d'irrégularités en matière de passation de marchés, devant la Commission d'éthique et de lutte contre la corruption (EACC) pour complément d'enquête.

Selon le journal, le DPP a déclaré que son bureau avait finalisé l'examen des dossiers des bénéficiaires présumés du prétendu scandale à Kemsa et après examen, il est apparu que l'affaire doit être renvoyée devant l'EACC pour complément d"enquête. Dans un communiqué publié vendredi, Haji a déclaré que son bureau avait reçu les fichiers contenant six noms de hauts fonctionnaires de la Kemsa de la part de la Commission d'éthique et de lutte contre la corruption. "L'équipe a identifié des domaines clés qui doivent être suffisamment couverts par des enquêtes supplémentaires avant qu'une décision finale ne puisse être prise", a déclaré Haji.

"Après avoir soigneusement analysé le rapport de l'équipe et pris en considération les exigences d'une poursuite solide et fructueuse, je suis arrivé à la conclusion que les domaines identifiés devraient être couverts par l'EACC", a-il dit, cité par le journal.

En Afrique du Sud, +Sowetan+ revient sur les inquiétudes du secteur touristique après la réouverture des frontières jeudi, notant que le secteur attend des réponses de la part du gouvernement après la publication d'une liste de pays à haut risque dont les citoyens ne seront pas autorisés à accéder à l'Afrique du Sud pour des fins de loisirs.

Parmi ces pays à haut risque figurent le Royaume-Uni, les États-Unis et la France, qui sont parmi les cinq premiers pays émetteurs de touristes vers l'Afrique du Sud, avec 2,6 millions de visiteurs enregistrés l'année dernière, soit plus de 37% des arrivées hors Afrique. +BusinessTech+ s'arrête sur l'impact de la pandémie de la Covid-19 et du confinement sur le marché de l'emploi sud-africain, soulignant que selon les résultats de l'Etude nationale sur la dynamique du revenu (NIDS), aucun des quelque 3 millions d'emplois perdus depuis le début de la pandémie n'a été remplacé depuis l'assouplissement du confinement en juin.

Citant les chercheurs du NIDS, le portail indique que tous les indicateurs montrent que ces pertes d'emplois devraient être durables. IL.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador