MAP - Publié le Jeudi 22 Octobre 2020 à 15:53

Revue de la presse quotidienne internationale africaine


Dakar - Les violences post-électorales en Guinée, le procès du financier présumé du génocide rwandais et le scrutin présidentiel en Côte d'Ivoire sont les principaux sujets évoqués par la presse africaine parue jeudi.


Au Sénégal, la présidentielle et les violences post-électorales en Guinée voisine font la Une de la plupart des journaux de la place.

« Violences post-électorales en Guinée Conakry : 12 manifestants et un policier tués » titre le quotidien +Tribune+, soulignant que le candidat de l'opposition, Cellou Dalein Diallo « reste droit dans ses bottes ».

Le principal opposant du président sortant Alpha Condé, qui a fini de se proclamer vainqueur dès le premier tour, donne ses chiffres, annonçant 53% des suffrages exprimés en sa faveur, contre 44% pour le président sortant qui appelle au calme, écrit la publication.

+WalfQuotidien+ parle de la stratégie du chaos en Guinée, alors que +Enquête+ aborde « la tension qui monte à Dakar » en rapport avec la présidentielle en Guinée.

Les ressortissants guinéens, partisans du candidat de l'opposition Dalein, ont déversé leur colère sur leur représentation diplomatique à Dakar, après que la commission électorale a désigné Alpha Condé vainqueur des quatre premières circonscriptions dont les résultats ont été publiés, écrit la publication.

Sur un autre registre, local cette fois, +Sud Quotidien+ évoque l’éventualité d’un report des élections locales, prévues fin mars 2021 au Sénégal, à cause des retards enregistrés dans le lancement de l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral.

Au Rwanda, la presse locale commente largement la décision d'un juge international de transférer temporairement à La Haye Félicien Kabuga, "financier" présumé du génocide de 1994, pour un examen médical avant son éventuel transfert définitif à Arusha, en Tanzanie.

Le quotidien +The New Times+ écrit que « l’architecte du génocide » devait être remis à Arusha pour y être jugé par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI) qui possède une division à Arusha et une à La Haye, indiquant que "la défense de Kabuga avait avancé qu'un transfert à Arusha violerait ses droits fondamentaux, arguant notamment que la famille de ce dernier vit en Europe".

Son confrère +KT Press+ souligne que le MTPI, structure chargée d'achever les travaux du Tribunal international pour le Rwanda (TPIR), n'a pas précisé si un éventuel transfert à Arusha après cet examen médical pouvait être envisagé ou non.

Le journal précise que l’ancien homme d’affaires, arrêté en mai près de Paris après 25 ans de cavale, est visé par sept chefs d'inculpations liés au génocide rwandais, notant que Kabuga est également accusé d'avoir participé à la création des milices hutu Interahamwe, principaux bras armés du génocide qui fit un million de morts selon l'ONU.

Au Kenya, le journal "Daily Nation" rapporte qu'un accord ratifié entre le Kenya et l'Italie sur l’utilisation par cette dernière des terres hébergeant le centre spatial Luigi Broglio Malindi verra le pays obtenir 25 millions de shillings (environ 250.000 dollars) par an.

La publication souligne, à ce propos, que l'Assemblée nationale a approuvé mercredi un rapport de la commission de la défense et des relations extérieures sur l'examen de l'accord entre les deux gouvernements sur l'utilisation du centre pour les cinq prochaines années.

La ratification, en attente depuis 2012, date à laquelle le précédent pacte a pris fin, annule un accord de 1995 qui était plus favorable aux Italiens, note le journal.

La ministre de la Défense, Monica Juma, a déclaré mercredi que l'accord contenait des dispositions garantissant au Kenya des avantages optimaux, y compris la création d'un conseil de gestion conjoint chargé de la supervision et de la vérification des activités du centre spatial.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ écrit que les mesures politiques mises en œuvre ont été à l'origine de la croissance économique positive enregistrée au cours de la dernière année fiscale (juillet 2019/2020) malgré le défi posé par la pandémie du COVID-19.

Alors que la pandémie est tombée au troisième trimestre de l'exercice budgétaire en Ethiopie, les impacts économiques n'ont pas été si durs, souligne le journal qui cite le Premier ministre Abiy Ahmed.

Le Premier ministre a ajouté que les mesures prises pour lutter contre les effets de la pandémie ont donné leur fruit dans la mesure où tous les secteurs ont bien fonctionné, notant que les pressions de certaines parties pour un verrouillage national n’avaient pas été approuvées par les décideurs, relève le journal.

Le gouvernement a intensifié sa réponse depuis que le premier cas de COVID-19 ait été signalé dans le pays et a déclaré l'état d'urgence en vue de minimiser l'impact potentiellement grave imposé par la pandémie. De plus, il a encouragé les activités économiques à continuer d'être productives pour sauver la vie de groupes sociaux vulnérables et du secteur informel, souligne le journal.

Sur un autre registre, +FANA BC+ rend hommage à la première femme éthiopienne capitaine d'Airbus A350.

Kalkidan Girma est devenu la première femme éthiopienne capitaine d'Airbus A350, écrit le média, relevant qu’avant sa promotion actuelle, elle était capitaine sur le Boeing 737.

Le média éthiopien souligne que la compagnie nationale «Ethiopian Airlines» opère des vols entièrement féminins depuis 2015. Il a jusqu'à présent volé à Bangkok, Kigali, Lagos, Buenos Aires, Oslo et Washington DC avec tout l'équipage féminin, note-t-il.

En Côte d'Ivoire, on peut lire dans "Le Patriote" que le gouvernement a accédé, mercredi, à la demande formulée par les candidats à la présidentielle du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié et du Front Populaire Ivorien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, de restructuration de la Commission électorale indépendante (CEI). Le journal cite un communiqué rendu public à l’issue du dialogue politique entre les acteurs politiques, à Abidjan.

En l’absence des représentants du FPI et du PDCI, la rencontre a permis aux participants de s’accorder sur la présence d’une cinquième personnalité à la Commission centrale de la CEI au titre de l’opposition, d’un poste de vice-président pour le PDCI-RDA et de la recomposition des CEI locales.

Concernant la rencontre entre le Président Alassane Ouattara et le président du PDCI, Henri Konan Bédié, voulue par la mission de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et favorablement accueillie par le président Bédié, lors de la mission de suivi de cette instance, le gouvernement a indiqué la disponibilité du Chef de l’Etat ivoirien, peut-on encore lire.

Sur un autre registre, "Abidjan Net" rapporte que l’opposition ivoirienne a qualifié mercredi d’"échec" la mission de la Commission économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) relative à la crise liée à la présidentielle du 31 octobre 2020, annonçant qu’elle dialoguera avec le gouvernement dans le cadre d’une "facilitation internationale".

"Cette mission a marqué une sorte d’impuissance face aux revendications de l’opposition", a déclaré Affi Nguessan, le porte-parole de la plateforme de l’opposition, lors d’une conférence de presse à Abidjan.

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à l’impact du coronavirus sur les activités économiques. Titrant "Covid-19 : quels sont les secteurs les plus impactés ?", il écrit que toutes les branches d’activités de l’économie nationale ont diversement été frappées par la pandémie de Covid-19, notant que certains secteurs, comme le commerce général structuré, les banques ou la branche pharmaceutique ont réussi l’exploit de doper leur chiffre d’affaires ou leur total bilan.

Selon le ministère du Travail, cité par la publication, les secteurs d’activité les plus impactés par les licenciements économiques, au regard des statistiques des services d’inspections du travail sont, entre autres, le secteur forestier, soit 289 pertes d’emplois (32,2905 %) ; les services, soit 207 pertes d’emplois (23,1285 %) ; le secteur pétrolier et assimilé, soit 116 pertes d’emplois (12,9609 %) ; le BTP et le génie civil, soit 65 pertes d’emplois (7, 2625 %) ; l’hôtellerie, la restauration et les débits de boissons en plus du tourisme, soit 63 pertes d’emplois (7,0391 %).

Pour sa part, +La.Libreville+ indique que le Gabon a enregistré au cours des 72 dernières heures 17 nouveaux cas positifs (8901 au total), 27 nouvelles guérisons (8479 au total) et 0 nouveau décès (54 au total), notant que le pays a effectué depuis le mois de mars 218568 tests au total.

En Afrique du Sud, +Independent Online+ revient sur le plan de relance économique présenté par le président, Cyril Ramaphosa, devant le parlement, notant que le chef d'Etat a promis de redresser l'économie, de créer des emplois et de moderniser les infrastructures du pays.

Le gouvernement s'engage à investir une somme de l'ordre de 100 milliards de rands dans le développement des infrastructures au cours des prochaines années ce qui permettra de créer des milliers d'emplois, a souligné Ramaphosa, cité par le journal, notant que l'économie ne peut pas être redressée s'il n'y a pas de partenariat entre les secteurs privé et public.

La pandémie de la Covid-19 a eu un effet très néfaste sur les différents secteurs économiques, a déploré le président. Il a ajouté que pour revenir à la même situation économique d'avant le coronavirus, il est nécessaire que le gouvernement mette en œuvre les réformes nécessaires, rapporte le portail.





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador