MAP - Publié le Lundi 9 Novembre 2020 à 11:50

Revue de presse quotidienne internationale africaine


Dakar - La presse africaine parue ce lundi, aborde divers sujets dont la nouvelle configuration politique au Sénégal,le traitement médiatique de l'actualité politique en Côte d'Ivoire, les changements à la tête des l'armée et des services de sécurité en Ethiopie et la rentrée scolaire au Gabon. Au Sénégal, la nouvelle configuration politique après les récentes nominations marque l'actualité sur les colonnes de la presse locale.


Sous le titre : « Le nouveau schéma politique de Macky Sall », +L’Observateur+ estime que derrière le ralliement du leader de la formation Rewmi (opposition), Idrissa Seck au camp du pouvoir se cache un grand projet politique.

Ce ralliement reflète la volonté du chef de l’Etat de regrouper tous les partis d’obédience républicaine et les mettre en route pour la bataille de 2024 (présidentielle), écrit la publication.

Sur le même registre, +Enquête+ zoome sur le retour sur scène de l’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, qui pris part samedi à Guédiawaye (banlieue dakaroise), à « un meeting riche en enseignements », soulignant que l’ex-édile de la capitale s’est avancé sur plusieurs questions dont son avenir politique proche.

Revenant sur le fléau de l’émigration clandestine qui s’est accentué ces derniers mois, +Libération+ parle de « Drames en série », rapportant qu’au moins 738 Sénégalais ont débarqué en Espagne entre le 6 et le 8 novembre, alors que les morts ne se comptent plus.

En Côte d'Ivoire, "L'Intelligent d'Abidjan" titre "Actualité politique ivoirienne / Adama Bictogo, Directeur exécutif Rhdp : Certains médias internationaux font preuve d'un traitement déséquilibré et partial", indiquant que dans un communiqué publié dimanche, le directeur exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti du président Alassane Ouattara), s’est indigné du traitement de l’information relative à la présidentielle du 31 octobre 2020 en Côte d’Ivoire. Selon M. Adama Bictogo "certains médias font preuve de manière flagrante d’un traitement déséquilibré et partial de l’actualité politique ivoirienne".

La Direction exécutive du RHDP a donc élevé “une vive protestation contre ces dérives inacceptables, susceptibles d’encourager des troubles à l’ordre public”. En effet, Bictogo affirme que les médias font la part belle à l’opposition, en relayant même des appels à la sédition.

Sur un registre "Abidjan Net" rapporte que la Fédération ivoirienne de football (FIF) a accordé son parrainage à Jacques Anouma pour l’élection à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF) prévue en mars 2021.

"Le président de la FIF informe les acteurs du football ivoirien, la presse et l’opinion sportive que la FIF a décidé d’accorder son parrainage à Monsieur Jacques Anouma pour l’élection à la présidence de la CAF prévue en mars 2021", indique la publication, citant un communiqué de cette institution signé par son président Augustin Sidy Diallo, précisant que cette décision intervient après une rencontre jeudi dernier entre les deux hommes.

Agé de 68 ans, souligne le journal électronique, Jacques Anouma a dirigé la FIF pendant plusieurs années.

En Ethiopie, +ADDIS STANDARD+ revient sur les changements opérés à la tête de l'armée éthiopienne, les services de renseignement et la police fédérale.

«Dans une démarche sans précédent, le Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé dimanche le changement de la direction de l'ensemble du secteur de la sécurité: les forces armées nationales, le renseignement et la police fédérale», écrit le média éthiopien. 

C'est la première fois que le Premier ministre remplace la direction de toute la composante de la sécurité (le renseignement, l'armée et la police) par de nouveaux dirigeants connus comme ses alliés proches et de confiance. Cela survient également dans un contexte de crainte croissante d'une éventuelle escalade de la confrontation militaire entre le gouvernement fédéral et le TPLF, le parti qui dirige l'Etat régional du Tigray, ajoute le média.

Sur un autre registre, +FANA BC+ rapporte que les services de renseignement militaires soudanais ont saisi 95 000 cartouches de munitions en route vers l'Ethiopie depuis la région frontalière de Gedaref.

Agissant sur la base de renseignements, les services soudanais ont tendu une embuscade dans un village frontalier de la localité de Quraishah (près de la frontière éthiopienne) et ont intercepté plusieurs caravanes transportant des munitions emballées dans des sacs en plastique.

La région soudanaise de Gedaref partage sa frontière avec les régions éthiopiennes du Tigray et d'Amhara, précise le média.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que le président rwandais, Paul Kagame, a adressé dimanche un message de félicitation au président élu des États-Unis, Joe Biden, et à sa vice-présidente Kamala Harris.

«Le président Kagame et le gouvernement du Rwanda félicitent le président élu des États-Unis Joe Biden et la vice-présidente élue Kamala Harris (…) le Rwanda est impatient de bâtir un partenariat solide entre nos pays», a déclaré la présidence rwandaise dans un tweet relayé par le journal.

Le chef de l'Etat rwandais a mis l’accent sur la profondeur des relations liant Kigali et Washington, écrit la publication, notant que les deux pays coopèrent étroitement dans de nombreux domaines, notamment la santé, l'éducation et le domaine militaire.

Sur un autre sujet, la presse indique que le président Kagame a reçu samedi une délégation de la RD Congo avec qui il a abordé les perspectives de la coopération bilatérale et la situation politique en RD Congo.

Le média +KT Press+, qui cite un tweet de la présidence, écrit que la délégation congolaise, conduite par l’ambassadeur itinérant au Bureau du Président congolais Lolo Wamesa, a délivré un message du président Félix Tshisekedi.

Au Kenya, le journal "Daily Nation" rapporte lundi que les équipes d'intervention en cas de catastrophe à Samburu ont commencé à utiliser des drones équipés de capteurs cartographiques pour pulvériser les criquets pèlerins qui ravagent les cultures et les pâturages de la région.

Des millions d'insectes voraces ont balayé l'Afrique de l'Est dans ce que l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a qualifié de pire épidémie en un quart de siècle, rappelle la publication, ajoutant que la deuxième génération de ravageurs menace d'augmenter les pénuries alimentaires à Samburu, une région où jusqu'à 130 000 personnes souffrent de sécheresses et d'inondations persistantes depuis des années.

Le directeur des programmes spéciaux, Daniel Lesaigor, a indiqué qu'ils avaient commencé à utiliser des drones spécialement développés pour tuer les ravageurs.

"Le programme est moins cher. C'est la première expérience car personne ne l'a jamais fait avec les criquets pèlerins auparavant. Les pulvérisateurs sont efficaces parce que nous pulvérisons les criquets en les voyant", a déclaré M. Lesaigor, cité par le journal.

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à la rentrée scolaire. Titrant "Education : une rentrée masquée", la publication écrit qu’après huit mois, des milliers d’écoliers (collégiens et lycéens le feront le 16) reprennent ce lundi le chemin de leurs établissements dans un contexte de Covid-19 qui les oblige au respect de règles sanitaires strictes, comme le port obligatoire du masque.

Selon le journal, certains parents et syndicats inquiétés, ont, un temps, réclamé le report de cette rentrée, alors que la tutelle donne au contraire des gages de réussite.

Sur le même sujet, +Gabon Matin+ titre "Que d’inconnus". Il indique qu’avec plusieurs mois de vacances forcées, du fait précisément du covid-19, élèves et enseignants sont appelés à renouer avec le chemin des classes dès lundi, selon un calendrier scolaire structuré par vagues successives.

Et d’estimer que la reprise semble moins rassurante, non seulement à cause des appels au report déjà lancés par certains syndicats, mais aussi parce que nombre des préalables sont loin d’être satisfaits, dans un contexte marqué par la pandémie.

En Afrique du Sud, +Independent Online+ indique que le département de la statistique (Stats SA, gouvernemental) a désigné un Comité consultatif national du recensement (CNR) qui servira d'organe de supervision pour conseiller le statisticien général en matière de coordination et de supervision du recensement général numérique de la population prévu en 2021.

Le CNR comprend des acteurs issus de divers horizons, y compris des organisations gouvernementales et privées, qui devraient apporter leur expertise multisectorielle pour s'assurer que le prochain recensement se déroule de de bonnes conditions, précise Stats SA, citée par le portail.

Pour sa part, +The Citizen+ rapporte que la compagnie sud-africaine d'électricité Eskom a annoncé qu'elle envisage de réduire le flux d'approvisionnement en électricité au niveau de plusieurs provinces du pays, notamment du Gauteng, Mpumalanga, Limpopo, Free State et KwaZulu-Natal à partir de dimanche.

Cette démarche vise à "éviter la surcharge du réseau dans les zones à haute densité qui sont sujettes aux connexions illégales, aux contournements de compteurs et au vandalisme des infrastructures électriques", poursuit le journal en citant un communiqué de la compagnie publique. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Revue de presse africaine | Mirador