MAP - Publié le Jeudi 19 Septembre 2019 à 11:03

SG du ministère de l'Energie : Le Maroc, un acteur clé en matière d'utilisation pacifique des technologies nucléaires et radiologiques en Afrique


Vienne - Le Maroc est un acteur clé en matière d'utilisation pacifique des technologies nucléaires et radiologiques en Afrique, a affirmé mercredi à Vienne le secrétaire général du ministère de l'Energie, des mines et du développement durable, Mohamed Ghazali.


Grâce à ses structures institutionnelles développées, le Maroc joue un rôle important dans la formation et le développement des capacités africaines dans l’utilisation pacifique des technologies nucléaires et radiologiques, a souligné M. Ghazali dans une déclaration à la MAP en marge de sa participation à la 63ème Conférence générale de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Il a ajouté que dans le cadre de son action avec l'AIEA, le Centre national de l’énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN), figure parmi les institutions qui consacrent l'orientation du Royaume dans ce domaine, à travers la formation de 60 cadres chaque année et l’organisation de visites de terrain, de sessions de formation technique sur la gestion des ressources hydriques et de formations à distance via le réacteur de recherche du Centre.

Le Maroc abrite également cinq centres régionaux d'excellence reconnus par l’Accord régional de coopération pour l'Afrique sur la recherche, le développement et la formation dans le domaine de la science et de la technologie nucléaire (AFRA) dans le cadre du programme de coopération technique de l’AIEA, a dit M. Ghazali, précisant que ces centres sont destinés à renforcer les capacités et à partager les connaissances au niveau continental dans les domaines de la protection de la sûreté radiologique et la sécurité nucléaire, de la gestion des déchets radioactifs, de la radiothérapie, du traitement du cancer, de l'agriculture et de la géologie.

Il a de même mis l'accent sur le rôle important de l’Agence marocaine de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques (AMSSNuR) dans ce domaine, en tant qu'instance de contrôle et de réglementation des utilisations nucléaires et radiologiques. M. Ghazali a rappelé, dans ce sens, le lancement au cours de l'année universitaire 2019-2020 d'un Master en pharmacie radiologique à l'Université Mohammed V de Rabat, le premier du genre en Afrique francophone, notant que cette initiative est le fruit de la coopération entre l'AMSSNuR et le ministère de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, avec le soutien du CNESTEN et de l'Institut national des sciences et techniques nucléaires en France.

La participation du ministère de l'Energie, des mines et du développement durable à la conférence générale de l’AIEA a été l'occasion d'échanger les idées et de s'informer des meilleures pratiques internationales en rapport avec l'élaboration du système nucléaire et la construction de réacteurs nucléaires, notamment dans le cadre de réunions bilatérales avec des experts et des responsables du Canada, de l'Argentine et de la France et ce, conformément à l'orientation pacifique adoptée par le Maroc afin d'élargir le champ d'utilisation des technologies nucléaires, a-t-il dit.

M. Ghazali a, par ailleurs, noté que l'élection du Maroc à la vice-présidence de la 63ème Conférence générale de l'AIEA lui permettra de souligner son intérêt croissant pour l’utilisation pacifique des technologies nucléaires et radiologiques et de faire connaître l'intérêt de l'utilisation de ces technologies au service du développement durable.

La 63è Conférence générale de l’AIEA, qui se tient à Vienne du 16 au 20 septembre, planche sur l'examen des questions liées notamment à la sécurité nucléaire et radiologique, au renforcement des activités de l’AIEA dans les domaines des sciences et des technologies nucléaires et aux activités de coopération technique de l’Agence. 





Nouveau commentaire :
Twitter

MAfrique | Algérie | Afrique du Sud